TRANSLATE

mercredi 6 mars 2019

Lettre ouverte aux étudiants en sciences politiques


Projet France 2022

Lettre ouverte aux étudiants en sciences politiques


Personal coaching - Bureau Jos Moons

Source


Offener Brief an Politologie Studenten

Open Letter to political science students

رسالة مفتوحة إلى طلبة العلوم السياسية

Адкрыты ліст палітычных студэнтаў навукі

公开信的政治科学专业的学生

Carta abierta a los estudiantes de ciencias políticas

Ανοικτή Επιστολή προς την πολιτική επιστήμη φοιτητές

 מכתב פתוח לסטודנטים למדעי המדינה

राजनीति विज्ञान के छात्रों के नाम खुला पत्र

Lettera aperta a studenti di scienze politiche

政治学の学生への公開書簡

  


« Comment un acte qui supprime une vie innocente et sans défense peut-il être thérapeutique, civil ou simplement humain ? »

« Je vous le demande : est-il juste de mettre fin à une vie humaine pour résoudre un problème ? Qu’en pensez-vous ? Est-ce vrai ? Est-ce vrai ou pas ? Est-il juste de louer un tueur à gages pour résoudre un problème ? » 


Pape François, Place St Pierre, le 10 octobre 2018

 

Chers étudiants, dear students,

1. Alors qu'une nouvelle rentrée universitaire approchait à grands pas (automne 2018), il était plus que temps de vous adresser quelques mots : cela faisait déjà huit ans que le projet France2022 était en cours de rédaction et, parmi les générations montantes, vous êtes de ceux qui sont les plus à même de saisir la portée d'une telle entreprise puisque son objet est la matière principale de vos études. Viendra le moment où vous pourrez participer à sa rédaction et mettre en oeuvre ses contributions les meilleures. Vous pouvez d'ores et déjà vous atteler à la tâche : compléter, contester, critiquer, réfuter, ... Toutes vos suggestions, tous vos commentaires seront les bienvenus.

2. Une première lettre ouverte (traduisible par voie électronique) écrite dès 2014 s'adressait à vous et à tous les jeunes qui, à travers le monde, ont le souci d'améliorer un legs reçu des générations antérieures sans verser dans le mépris, le rejet ou la dérision de ce qui peut trop vite paraître dépassé, archaïque, ringard et même absurde. Vous y trouverez matière à réflexion. Que cette lettre plus générale vous encourage à persévérer dans la voie que vous êtes en train d'arpenter et vous incite à donner le meilleur de vous-même.

3. La présente lettre s'adresse prioritairement à tous ceux qui, comme vous, manifestent la volonté de prendre une part très active à la transformation d'une société française, d'une Europe et d'un monde contemporain qui paraissent en panne à bien des égards alors qu'ils recèlent pourtant des trésors de courage, d'imagination et d'exemples aussi valeureux que dignes d'être imités ; alors même, qu'à bien des égards, nous vivons une époque pleine de promesses.

4. Que rien n'arrête votre élan : toutes les difficultés que vous surmonterez tout au long de votre scolarité fortifieront en vous les qualités et les vertus nécessaires à la poursuite d'un chantier incessant qui ne date pas d'hier !

5.  En parcourant les lignes des tribunes du projet France2022, vous aurez toutes sortes de réactions immédiates qui ne manqueront pas de vous intriguer : entre la colère froide ou instinctive, l'enthousiasme lent ou rapide, la surprise, les peurs, ... vous aurez bien du mal à choisir votre parti.

6. Le projet France2022 est construit de telle manière qu'il suscite en vous de multiples interrogations et que les réponses esquissées ne vous laissent pas inactifs : vous n'y trouverez pas des corrigés tout faits pour rédiger vos devoirs mais plutôt matière à penser et de nombreuses pistes à explorer. Vous découvrirez, par-dessus tout cela, qu'il reste encore bien du travail puisque la transformation d'une société exige une conversion radicale de chacun d'entre nous : ce que je tenais pour acquis et intangible sera, un jour ou l'autre, menacé et remis en cause ; ce que je pensais pouvoir modifier résistera à mes ardeurs et à mes labeurs. Si je me montrais impatient, je n'arriverais qu'à une chose : bâtir de l'éphémère, du nuisible et de l'inconsistant que le temps long de l'histoire ne manque jamais de balayer d'un revers de la main.

7. Vous serez invités, tout au long de cette lettre, à prendre très au sérieux les multiples vocations de la France et à les unir en un tout cohérent. En faisant preuve de rigueur, vous saurez dépasser l'inanité des politiques à la petite semaine qui nous servent une soupe infâme, accompagnée de pilules destinées à la rendre plus digeste ! Voyez toujours grand. Soyez ambitieux. Non pour vous-même mais pour tous ceux qui attendent depuis si longtemps un sursaut d'une France trop souvent tétanisée par la peur.

8. Que toutes vos pensées politiques tendent vers une libération des forces vives de la nation. Non par des idées faussement progressistes mais par une construction savante qui tienne compte d'un réel sans cesse en mouvement et pourtant si lent à se laisser appréhender ou modeler : prenez le temps de vous informer. Ne jugez pas à la hâte. Comprenez la valeur des trésors issus d'une longue tradition française. 

9. Vous prendrez le temps aussi d'observer, d'étudier, ... les réponses apportées aux multiples défis politiques de notre temps par nos voisins et par tous les pays que leur génie propre a pu concevoir et mettre en oeuvre tandis que nous peinons dans des domaines où ils excellent mais vous ne vous laisserez pas séduire par ces remèdes soi-disant incontournables qui provoquent des maux bien pires que ceux qu'ils étaient censés guérir ! Par-dessus tout, vous saurez comparer intelligemment et à bon escient sans chercher à établir des rapports de supériorité qui n'ont pas lieu d'être.

10. La tenue d'un journal personnel (vidéo de cinq minutes d'Olivier Roland) vous aidera à voir de plus en plus clair puisque l'écriture est l'un des moyens les plus puissants pour devenir capable de faire votre miel de la moindre information vue ou entendue ; des lectures nombreuses qui alimenteront votre réflexion ou encore des observations de terrain qui arrimeront toujours davantage vos pensées à cette terre ferme sans laquelle les plus belles théories ne sont que poussières. Votre travail de butinage, aujourd'hui grandement facilité par la Toile, vous permettra de faire preuve d'une fécondité dont le monde contemporain a tant besoin : là où des politiques imbéciles auront semé la discorde, l'aridité et les disettes les plus absurdes, votre imagination et votre ténacité s'ingénieront à mettre en oeuvre des solutions pérennes et respectueuses des équilibres malmenés par la rapacité, la prédation et cette conception étriquée qui enferme la planète dans un champ clos d'où le divin, la Providence et l'inattendu sont expulsés au profit d'une vision mercantile, bassement matérialiste et faussement généreuse. Pour s'en libérer, prendre la bonne direction et offrir de saines contributions, rien de tel que d'approfondir le schéma de transformation proposé par Matin Latulippe dans sa formation "La meilleure année de votre vie (LMADVV)" et de passer à l'action :






Noter et rectifier mentalement
 les deux erreurs de fléchage sur le schéma ci-dessus ...


11. Méfiez-vous du levain des pharisiens, de ceux qui prétendent résoudre les problèmes actuels en prônant des comportements soi-disant vertueux mais qui ne visent qu'à préserver les privilèges des nantis. Méfiez-vous de ceux qui veulent asservir l'homme au rythme infernal d'une machine à pondre des euros ou des dollars qui finissent aux mains de spéculateurs (*) toujours prompts à parier sur des cours et, plus encore, sur le manque de telle ou telle ressource.

(*) Voir, par exemple, "Matières premières : les bleus du cobalt" dans "Le Monde" par Laurence Girard, le 13 octobre 2018.

12. En faisant preuve d'une extrême simplicité dans le cours de votre vie ordinaire, vous resterez attentifs aux mille nuances qui teintent chaque situation et vous serez capables de vous défier de tous ceux qui portent un jugement excessif, caricatural, hâtif sur l'état du monde : nous sommes depuis des lustres au chevet d'une patiente qui gît dans les douleurs de l'accouchement. Ou bien nous choisissons de maudire cette situation par toutes sortes de raisonnements foireux ; ou bien nous en prenons acte et nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour accueillir le bien qu'elle annonce. Mieux : nous nous réjouissons par avance de tout ce qu'elle va nous offrir et nous ne considérons par les difficultés de l'heure comme le terme d'une histoire qui n'aurait qu'un versant tragique.

13. Chacun de nous, dès lors qu'il ne vit pas une tragédie insurmontable, peut en témoigner : la vie en ce monde est capable d'ensoleiller notre âme, de la réchauffer et de l'éclairer, de la nourrir et de l'abreuver, sans pour autant la rassasier pleinement. Il nous appartient de transformer l'insatisfaction subsistante en une quête supérieure qui ne s'arrête pas en chemin par découragement, par cynisme, par indifférence ou par l'illusion d'une fausse plénitude. En m'interrogeant sur les causes de tous les malheurs qui frappent ceux qui m'entourent, qu'ils soient au loin ou tout proches, je découvrirai toujours quelques sujets d'inquiétude qui ne me laisseront pas en repos et j'aurai à coeur de venir en aide à ceux qui portent un lourd fardeau sans me prendre pour le seul sauveur, le meilleur, le plus indispensable, l'incontournable ... Je saurai que la paix d'esprit n'est pas synonyme d'une quiétude indolente, d'un repos à l'état de larve mais qu'elle porte toujours de justes combats menés avec entrain et irrigués par une joie surnaturelle.

14. Conscients de l'ampleur des travaux politiques à mener dans les décennies à venir, vous saurez vous lever tôt, ne pas vous attarder en vains amusements, vous mettre à l'ouvrage à toute heure du jour et de la nuit sans faiblir et sans dépasser les limites de votre résistance car vous éviterez d'avoir recours aux substances qui donnent l'illusion d'un pouvoir plus grand bien qu'elles n'apportent que délabrement et ruine. En les évitant, vous vous préparerez à en combattre l'emploi sans vous laisser dérouter par ceux qui prônent un usage soit-disant raisonné : chaque substance et même une seule molécule addictive comporte un seuil d'irréversibilité. Une fois qu'il est atteint, la personne dépendante n'est plus capable de s'affranchir seule du poison et tous les efforts de volonté qu'elle essaie de fournir pour se libérer la mènent vers un plus grand esclavage. Seule une thérapie intelligemment menée ou un miracle demeurent capables de la tirer d'affaire et de la dépendance.

15. En agissant de façon raisonnable et en prenant soin de votre monture, vous pourrez aller vers les étages supérieurs d'un pouvoir politique sans mettre en péril votre probité et sans vous acoquiner avec ceux que les sommets n'attirent que pour les avantages qu'ils procurent. Aujourd'hui comme hier, la France et tout Etat bien gouverné ont besoin de personnes qui ont appris à vivre sobrement et sans dépendre des subsides d'une fortune publique de plus en plus en péril : dans un Etat virtuellement en faillite, ce sont les moins fortunés qui pâtissent d'abord de la dilapidation du trésor national puis viennent ensuite tous ceux qui pensaient être à l'abri d'un revers de fortune et qui se trouvent un jour dépouillés pour rembourser les dettes de l'Etat. Méfiez-vous de ces créanciers faussement généreux qui ne provoquent des dettes que pour mieux s'emparer, au bout du compte, des richesses de leurs débiteurs et pour distribuer à leurs comparses les fruits d'un butin colossal.

16. Vous aurez donc à protéger la France de tous les rapaces, de tous les vautours qui savent, mieux que nos fausses élites politiques en place, que notre pays recèle des trésors sur lesquels d'innombrables envieux s'attendent à faire main basse. Tous ces prédateurs comptent sur leur ignorance crasse pour se servir, au nez et à la barbe d'un peuple maintenu, par toutes sortes de dispositions ridicules, dans les limbes de l'atonie la plus absurde : alors qu'il y aurait tant à faire pour sortir notre pays de la paralysie qu'engendrent des peurs entretenues, nous assistons au triste spectacle d'une démission quotidienne et à l'affligeante démonstration d'impuissance de corps intermédiaires  réduits à quémander auprès d'un pouvoir central corrompu des subsides qui leur reviennent de droit.

17. Sachez toujours prendre le parti de celui qui est le plus vulnérable, de tous ceux qui sont privés de défense sans pour autant céder au fanatisme d'une pitié hystérique. Avocats des plus faibles en premier lieu, vous n'aurez pas cette détestable habitude qu'ont adoptée tant de personnes de juger à l'emporte-pièce et de désigner des coupables faciles. Aguerris par un combat de chaque instant en faveur des sans-voix, votre parole aura de plus en plus de poids et de retentissement. Vous ne vous laisserez plus intimider par ceux qui crient au loup dès qu'ils rencontrent un contradicteur. Vous passerez aisément d'un paradigme qui place le débat sur un terrain de jeu et de lutte : "La parole est un sport de combat" (Bertrand Périer) au modèle d'une parole reçue comme don et mission car vous saurez ne pas les opposer mais vous aurez appris à jouer et à vous défier des ressorts qui s'inscrivent exclusivement dans le champs de la puissance d'une rhétorique  à l'épreuve de tous les coups. Vous aurez compris, qu'à certains moments et dans certaines luttes, ne subsiste qu'une seule défense : le bouclier de la foi. Vous aurez saisi l'inutilité d'empiler des arguments de raison sur des bases qui demeurent, pour chacun d'entre nous, sujettes à caution, celle que notre confiance accorde à plus grand ou plus ancien que nous-mêmes. Dès lors qu'il n'y a pas eu accord préalable sur ces fondements indémontrables, la dispute, au sens noble de ce terme, risque de se vautrer dans la caricature des positions et de s'épuiser dans un combat sans honneur, sans respect, sans garde-fou et sans issue. Voire ...


... en guise d'intermède :

"Sur cette terre, nous ne chantons pas assez ! Nous nous laissons prendre au jeu des soucis et des drames qui en abattant leurs cartes voudraient nous plonger dans la morosité et jusque dans la désespérance ! Eh bien non ! La vie est belle ! Et elle le reste, quoi qu’il arrive ! L’amour, la joie, l’enthousiasme, sont à portée de mains et de cœurs, et ces treize chansons veulent le crier sur tous les tons ! Adieu grisaille ! Adieu spleen et abattement ! Que les visages s’éclairent, que les peines s’oublient, que des idées nouvelles viennent secouer le cours de nos vies trop ternes, et que l’on ose enfin se dire à soi-même : Bonjour la vie !" Père Michel-Marie Zanotti Zorkine


Référence (où il est possible d'écouter deux de ses treize chansons)

ou sur youtube : "Notre besoin d'aimer"



18. Ecrire, parler, chanter et danser, quatre gestes complémentaires qui se nourrissent les uns les autres. En négliger un, c'est, à coup sûr, atténuer la portée des messages qui me semblent les plus importants à transmettre ; c'est réduire l'influence d'une parole qui ne peut atteindre efficacement son but qu'en prenant pour véhicules tout ce que l'homme a de plus précieux pour communiquer : ses mains, sa langue, ses oreilles, ses yeux, sa voix et son corps tout entier. Organes essentiels pour entrer en relation avec autrui et ne rien perdre de ce qui donne de la saveur à un échange entre deux têtes pensantes, deux histoires personnelles, deux points de vue. C'est en m'entraînant, jour après jour, à user de manière intelligente de mes facultés pour les mettre au service d'un surcroît de communion que je parviendrai à écrire, parler, chanter et danser de façon juste. Non seulement ajustée à tous les auditoires possibles mais encore en parfaite harmonie avec ce que ressentent, au plus profond d'eux-mêmes, tous les hommes et toutes les femmes de bonne volonté.

19. Comment vous préparer ? Comment fortifier en vous cette colonne qui devra supporter les attaques, le poids des injures, les menaces, les fardeaux que nul ne veut soulever ni même remuer d'un doigt ? St Paul nous le dit expressément : "Au nom du Christ… laissez-vous réconcilier avec Dieu" (2 Co 5,20)

20. Beaucoup d'anciens qui vous ont précédés en politique l'ont oublié : la France n'est solide que dans la mesure où elle fonde son action sur le Roc. Terre bénie, terre féconde, berceau d'une foule immense de hautes figures de sainteté, la France ne se laissera jamais dépouiller de ce qu'elle tient en très haute estime et ce ne sont pas quelques fausses élites, oublieuses d'un passé glorieux, qui empêcheront votre génération de renouveler en profondeur la manière de gouverner un peuple dans l'attente d'un sursaut national, non pas mû par un instinct de survie ou par une quelconque haine de l'étranger mais par une vitalité qui puise ses racines aux sources vives de la grâce.

21. Quelques édiles crient au loup en voyant ces peuples, d'Europe et d'ailleurs, révoltés par les agissements d'une clique politique aux ordres de bandes mafieuses, corrompue jusqu'à la moelle et ne songeant qu'à s'enrichir sur le dos des plus pauvres. Ces aboyeurs de service voudraient que la peur guide les choix de ceux qui en ont assez d'être pris pour des imbéciles ! Vous saurez ne pas jouer sur ce registre-là. Vous saurez analyser les raisons qui poussent tant de vos concitoyens, tant de vos contemporains, dans les bras d'une extrême ou d'une autre et vous ne vous contenterez pas de les expliquer par ces poncifs que nous servent à longueur de journée quelques relais médiatiques pressés : vos compatriotes n'ont pas seulement l'impression d'être dépossédés d'une part qui leur revient mais ils ressentent avec tristesse que rien de grand n'est mis en oeuvre pour sortir du gouffre. Ils voient défiler depuis des années des apprentis sorciers, des secouristes maladroits, des politiques incapables de porter remède puisqu'ils n'ont pas été foutus de s'arrêter un instant pour regarder, observer, comprendre où le bât blesse.

22. Profitez pleinement de vos années d'étude pour explorer un domaine précis, pour devenir un spécialiste reconnu d'une question centrale pour notre temps. Certains professeurs ont le don de vous pousser dans vos retranchements. Répliquer sur un mode équivalent serait perdre votre temps. Vous pouvez toujours coincer un maître en chair et en os sur un détail à l'image de ce que fit un jour un enseignant de Sciences Po Paris : un étudiant, dans les années 80, planchait sur la hausse du pétrole et son exposé en bonne et due forme était presque parfait. A la fin, il est simplement déstabilisé par une question banale : "Vous nous avez parlé, à plusieurs reprises, du BARIL de pétrole. Combien de litres représente-t-il ?". Question sur laquelle le pauvre étourdi sécha lamentablement. Si un professeur peut se permettre cette mise au point salutaire, vous ne pouvez pas sciemment chercher à faire de même ! Restez à votre place. Viendra le moment, pour vous, de montrer ce dont vous serez capables en situation de responsabilité. Quand vous détectez une erreur, une inexactitude, une approximation ... dans un cours, allez trouver le professeur en personne et voyez avec lui ce qu'il en est vraiment.

23. Devenir spécialiste d'une question centrale pour notre temps ne doit pas faire de vous des personnages pontifiants, imbus de leur savoir étroit, même si vous deveniez incollables sur tel ou tel sujet. Approfondir un sujet n'a pas pour but de vous établir sur un piédestal du haut duquel vous pourriez mépriser ceux qui n'en connaissent pas autant que vous mais a pour but de vous exercer à franchir les obstacles qui surgissent dans toute étude fouillée : vient un moment où la complexité du sujet dépasse nos capacités d'entendement immédiat. Persévérer nous rend alors capables de dépasser un seuil et, surtout, d'apprécier à leur juste valeur les efforts que d'autres ont fourni pour en arriver là. Rencontrer un thème qui nous résiste nous exhorte, plus encore, à coopérer avec d'autres personnes talentueuses. Michel Volle l'exprime ici de façon magistrale à propos d'une recherche dans le sillage de Blaise Pascal.






« Pesons le gain et la perte, en prenant choix que Dieu est. Estimons ces deux cas : si vous gagnez, vous gagnez tout ; si vous perdez, vous ne perdez rien. Gagez donc qu’il est, sans hésiter » 


Blaise Pascal


24. Dans un monde en pleine effervescence, gardez-vous de toute maximisation erronée comme de la peste : ce que nous vivons aujourd'hui résulte en grande partie d'une multitude de tentatives de maximisation d'un profit à court terme qui ont négligé l'approche globale, les effets collatéraux et les risques inhérents à toute spécialisation excessive. Soyez au contraire dans une quête d'optimisation générale qui profite à tous et non pas seulement à quelques-uns : les connaissances dont vous allez vous nourrir sont un don à redistribuer avec générosité et non pas un capital à thésauriser ou à faire fructifier comme un rentier.

25. L'oubli par certains politiques des besoins fondamentaux de leurs compatriotes : se loger décemment, se nourrir et se vêtir sainement, travailler dans de bonnes conditions, ... nous a conduits dans une impasse et au bord d'un gouffre. Un rien suffirait pour plonger bon nombre de personnes dans des abîmes effroyables et, dès maintenant, beaucoup souffrent d'une situation qui les poussent à rechercher d'autres voies, à faire confiance à un personnel politique renouvelé de fond en comble. Vous pouvez être de la relève à condition de faire preuve de discernement : si certains politiques sont véreux et creux d'autres sont remarquables par leur droiture, leur audace et leur sens du bien commun. Prenez le temps de choisir ceux dont vous serez disciples, en France et ailleurs dans le monde, tout en ayant le Christ et l'Esprit Saint pour seuls maîtres intérieurs. Nul besoin de trahir, d'abandonner, de piéger ... autrui pour gagner des postes de responsabilité : en étudiant aujourd'hui avec le plus grand sérieux et sans vous départir d'un humour de bon aloi, vous êtes déjà en situation de responsabilité. Il dépend de la qualité de vos études que la France sorte d'un marasme sans précédent alors même qu'elle a vécu des périodes d'apparence beaucoup plus tragique. Il vous faudra autant de courage, d'abnégation, de sobriété et d'humilité que vos aînés les plus admirables.

26. Vos études en sciences politiques vous ouvrent un champ très large d'interventions possibles puisqu'en cherchant à comprendre comment les hommes agissent en société, vous êtes amenés à vous intéresser aux données anthropologiques et sociologiques les plus fondamentales : celles qui ont trait à l'interdépendance des contemporains de chaque époque d'une part et, d'autre part, des générations successives d'êtres humains. Ces liens qui tissent une trame complexe dont nul ne peut s'abstraire ne sont pas un carcan mais une chance : ils offrent à chacun de pouvoir se nourrir et s'abreuver aux sources les plus pures car ce qui se propage d'une personne à l'autre, d'une génération à la suivante subit toujours le feu d'une épreuve. Rien d'inconsistant ne peut subsister au fil du temps : ce qui ne mérite pas d'être transmis finit par disparaître. Vous verrez certes des erreurs semblables se reproduire d'une époque à une autre mais plus nous avançons, plus elles prennent un tour ridicule de sorte que ce qui vaut la peine d'être gardé en acquiert davantage de relief.

27. A vous d'être curieux et audacieux, en allant vers ce qui ne fait pas de bruit puisque le propre des erreurs est de produire un vacarme assourdissant, de se propulser sur le devant de la scène, de fanfaronner. Laissez-vous guider par des êtres de silence et de prière, par des personnes discrètes, par des êtres qui vous inspirent une grande confiance. Par ceux qui rayonnent d'une joie surprenante au milieu des contrariétés. N'écoutez pas les sirènes qui hurlent au loup et qui agitent mille raisons de prendre peur. L'univers est ainsi conçu que tout finira en bien comme aimait à le rappeler la Bienheureuse Julienne de Norwich. Ce que nous ne comprenons pas sur le moment se révélera dans toute sa plénitude en temps et en heure.

28. Il est un temps pour tout rappelle l'Ecclésiaste. Il est un temps pour s'en faire l'écho (Ghaleb Bencheikh en conférence), pour redire à un monde en désarroi et même dans l'effroi, que chaque époque engendre des hommes et des femmes capables de prendre en main le destin d'une humanité plongée dans le chaos. Vous pouvez, vous aussi, en être. Vous pouvez changer le cours des choses. Non pas seulement par une action individuelle aussi judicieuse soit-elle mais encore en rejoignant un collectif qui ne roule pas que pour lui-même, un collectif qui défend la veuve et l'orphelin, les plus vulnérables, les oubliés d'une histoire calamiteuse, en prenant des risques, y compris en se mettant lui-même en danger.

29. Votre courage fera des merveilles. En ne cédant pas aux tyrans d'un ordre inique, vous prouverez au monde que la France, comme beaucoup d'autres pays, a eu tort de faire une croix malthusienne sur les générations montantes parce qu'elle redoutait un emballement de la population mondiale, parce qu'elle cédait au démon d'une charité pusillanime, parce qu'elle oubliait les desseins bienveillants de la Providence, parce qu'elle s'imaginait résoudre un problème lancinant par une solution bien pire que le mal lui-même. En prétendant légitimer la mort de l'enfant à venir dans le sein maternel, la France s'est préparée un avenir très sombre dont les éclats du temps présent ne sont encore qu'une annonce en demi teinte. La fureur qui se déchaîne est le pendant exubérant d'une violence sourde et bien plus effrayante qui est devenue, au fil des ans, le lot quotidien de ces lieux où l'homme et la femme de l'art sont pourtant censés apporter réconfort, soin et guérison et non pas la mort d'un tout petit comme seul horizon indépassable ; dans ces lieux où l'on a substitué une bienveillance moribonde à une charité héroïque parce qu'ailleurs, hélas, la femme en détresse ne trouvait plus ou pensait ne plus trouver qui l'écouter et l'entendre, l'assurer d'un secours, l'aider à porter un fardeau dont aucune science profane n'est en mesure de soulever le poids : mettre un enfant au monde est peine perdue ou poids insupportable dans un monde que l'on pense privé du soutien inconditionnel et surnaturel d'une Providence qui veille, pourtant à chaque instant, sur le moindre pas de celui qui ose Lui confier sa marche laborieuse et censément périlleuse.

30. Chers étudiants, chères étudiantes en sciences politiques, une tâche titanesque vous attend : là où tout corps intermédiaire comme toute personne physique est dans l'impossibilité de subvenir à ses propres besoins, il vous faudra construire un Etat qui n'a aucune prétention à se substituer à la Providence divine et à la participation dûment incarnée d'un tiers instruit de bonne volonté ; un Etat qui respecte toute liberté personnelle sans se rendre complice des innombrables méprises à son sujet puisque la liberté ne consiste pas à faire ce qui me plaît, m'arrange ou me donne l'illusion d'un pouvoir mais en une déprise volontaire de moi-même et parfois même en une défiance à l'égard de mon propre jugement dès lors que celui-ci n'est pas éclairé par une raison qui dépasse mon intérêt singulier, immédiat ou mal compris et vivifié par une grâce surnaturelle qui me libère de toute propension à m'appuyer sur les seules ressources de la raison.

31. Il vous faudra relever un Etat au bord de la ruine comme Saint François d'Assise eut à le faire au seuil du XIIIème siècle pour l'Eglise après avoir été illuminé de l'intérieur par un songe. Vous comprendrez, comme lui, que la restauration à opérer ne concerne pas seulement les murs, qu'elle s'entend d'abord et, au premier chef, des pierres vivantes, des personnes qu'un mal sournois ne cesse de vouloir faire tomber jusqu'au jour où elles n'ont plus la force de se relever.

32. Laissez-vous traverser par la Miséricorde. Laissez-vous emporter par le souffle salvateur d'une parole qui ne songe qu'à redonner vie, à redresser, à transporter au-delà des limites qu'une raison imbécile voudrait fixer une fois pour toutes comme si l'homme et la femme, animés par l'Esprit et par une grâce surabondante, étaient incapables de se dépasser. Ce que vous ferez de beau et de grand, d'humble et de caché, de silencieux et de bien,  de vrai et de solide, pensez toujours que toute personne en est aussi capable pourvu qu'elle se laisse habiter par une Présence qui ne cherche jamais son intérêt mais qui regarde toujours au-delà d'elle-même, une Présence qui sait voir là où il convient d'agir ou de laisser faire, de surseoir ou d'accompagner, de conduire ou de suivre. Veillez toujours à n'accabler personne comme nous y invite de manière éloquente le Père Michel-Marie Zanotti Sorkine.

33. Les temps troublés que  nous vivons, en France et ailleurs, en cet automne 2018 et qui se prolongeront sans doute au-delà, soulignent, s'il en était besoin, le rôle essentiel que joue le politique quand il parvient à régler ses principes, ses réflexions, ses décisions et ses actions selon des critères de vérité qui ne jouent pas sur les mots et qui ne se moquent pas des personnes. Soyez vigilants : la multiplication des enregistrements et des traces vous concernant ne manquera pas, le moment venu, de permettre à des personnes plus ou moins bien intentionnées de révéler vos failles, vos incohérences et vos mensonges éventuels à un public de plus en plus exigeant en matière d'honnêteté intellectuelle et de droiture même si chacun, pour son propre compte, peut se montrer beaucoup moins rigoureux. De manière paradoxale, ajoutons que les moins rigoureux ne sont pas toujours les plus tendres et les plus prompts à faire preuve d'indulgence car il faut avoir humblement et maintes fois demandé pardon pour accepter enfin d'être miséricordieux. Cette humilité n'est guère évidente pour qui se sent victime, laissé pour compte, blessé, pour qui a souffert plus que de raison, pour qui a le sentiment d'être abandonné, trahi, lésé, volé ... or ce sentiment ne cesse de se répandre dans toute société où le meurtre de l'enfant dans le sein de sa mère est devenu une "solution" légale et coutumière puisque ce qui est fait en cachette contre l'innocent ne manque jamais de rejaillir un jour ou l'autre, puisque toute violence de type yin (selon la classification proposée par Olivier Clerc) appelle une violence de type yang. La crise dite des "gilets jaunes" s'interprète aisément à l'aune de cette distinction : une violence soudaine, brutale, voyante et démesurée demeure inexplicable tant que la violence larvée, continuelle, cachée et pour ainsi dire, chronique, n'a pas été identifiée.

34. Identifier les sources de violence chronique qui se dissimulent n'a rien d'évident. Il en va de même pour expliquer tout dysfonctionnement d'origine humaine : celui ou celle qui fait le mal, de manière plus ou moins consciente de la gravité de ce mal, n'a pas pour habitude de s'en vanter et de révéler ses travers. La tâche d'identification est d'autant plus ardue quand se propagent des discours qui tendent à nier l'existence même d'un mal objectif : la dissimulation touche alors non plus les faits mais la qualification des actes. Tout esprit qui se laisse aller à l'air du temps et ne résiste pas aux courants à la mode finit vite par en perdre son latin. Il devient incapable d'identifier la moindre source de violence cachée et se laisse submerger par la peur des violences manifestes et exubérantes alors que celles-ci ne sont jamais qu'un aveu de faiblesse insigne. Ces violences-là signent l'aveu d'une incapacité : celle de trouver les mots pour dire ce qui ne va pas en réalité, pour mettre le doigt sur ce qu'il convient de transformer pour sortir d'une situation préoccupante, pour aussi, et ce n'est pas le moindre, élire des personnes capables de trouver non seulement les mots mais aussi les actes qui nous feront franchir un passage difficile. La violence aveugle est toujours incapable de se donner un chef d'une trempe suffisante : celui qui ne se laisse jamais effrayer par elle ; celui qui ne répond jamais par la violence à toute violence, qu'elle soit de type yang ou de type yin. (Voir à ce sujet l'excellent ouvrage d'Olivier Clerc : le Tigre et l'Araignée - Les deux visages de la violence).

Le tableau ci-dessous en offre une synthèse préalable, fort utile pour entrer dans le vif de l'argumentaire, toujours très soigné de la part d'un auteur qui prend la peine de creuser en profondeur les sujets qu'il aborde :


La face cachée de la violence - Site de re-source-s

35. Vous trouverez dans le projet France2022 de quoi alimenter votre réflexion sur différents sujets éminemment politiques : l'organisation des pouvoirs en France ; les questions monétaires et fiscales ; les enjeux économiques, sociaux, culturels et anthropologiques du moment ; ... Vous trouverez aussi des sources d'information fiables, qu'elles soient livresques ou sous forme de contenus sur la Toile. Cet ensemble a été mis en place depuis le 1er mars 2010 et se trouve sans cesse mis à jour pour préparer les élections présidentielles de 2022 en France. Douze années nous ont paru nécessaires pour mener à bien cette entreprise tant surgissaient au fil d'une analyse, même rapide, nombre de problèmes enchevêtrés depuis des dizaines d'année qu'il faudrait avoir la patience de démêler, de bien poser et de résoudre. Vous mêmes, vous pourrez d'ici 2022 contribuer à ce travail d'inventaire, de clarification et de résolution.


Il suffit pour cela de nous écrire à l'adresse suivante :


france2022@gmail.com



afin de nous faire part de votre intention 

de participer au projet France2022.


Une des manières, parmi tant d'autres possibles, de préparer une échéance qui promet d'être cruciale.

Aucun commentaire: