TRANSLATE

samedi 28 mars 2020

France2022 : Lutte efficace contre les épidémies virales à venir et autres désordres sanitaires



« Les crises, les bouleversements et la maladie 
ne surgissent pas par hasard. 
Ils nous servent d'indicateurs pour rectifier une trajectoire,
 explorer de nouvelles orientations, 
expérimenter un autre chemin de vie. »


Carl Gustav Jung



Avertissement : ici, nous n'indiquerons pas comment résoudre la crise du moment. Elle est multifactorielle et pose plusieurs problèmes de natures différentes. Même ceux qui sont spécialistes d'une question, d'un facteur bien précis, ont du mal à s'entendre. Inutile voire nuisible d'aller ajouter un point de vue curatif censément incomplet et imparfait. En revanche, rien ne nous interdit de voir plus loin et d'anticiper. Rien ne nous interdit non plus d'analyser la situation présente afin de penser et d'agir comme nous y exhorte Car Gustav Jung dans les propos placés en exergue de cette tribune. (*)

(*) Notamment, afin de préparer le déconfinement : chaque parti politique, entre autres acteurs, a un rôle à jouer dans cette affaire à l'image des mises en garde de la France Insoumise.

1. En ce moment, c'est le COVID-19 qui met la planète sens dessus dessous. Demain quel autre virus, quelle autre zoonose ?

2. Pourquoi cette attaque contre le système respiratoire des êtres humains ? Sans doute y a-t-il là matière à réflexion. Pourquoi les poumons ? Pourquoi cet organe essentiel pour toute personne, celui par lequel nous recevons la seule nourriture indispensable, même sur une très courte période (*) ? Sans oxygène, aucun de nous ne peut tenir plus de quelques minutes tandis qu'il est possible de se passer d'eau plus longtemps. Pourquoi cet émonctoire par lequel le corps peut éliminer les acides faibles ? Voir à ce sujet : "Comment aider nos poumons à évacuer un maximum de toxines ?"

(*) Si bien que l'assistance respiratoire ne suffit pas à rétablir le déficit provoqué par les attaques du covid-19 : ceux qui échappent à la mort ont parfois de très graves séquelles.

3. Les cartes de propagation et de mortalité coïncident avec les fortes concentrations urbaines et les zones où l'air est davantage pollué. Il semble de plus en plus probable qu'une forte densité en particules fines contribue à faciliter la propagation d'un virus capable de rester en suspension dans l'air. Les personnes qui sont atteintes gravement et celles qui décèdent auraient-elles des séquelles pulmonaires ou d'autres affections cachées résultant d'une mauvaise qualité de l'air qu'elles ont respiré ou d'un ensoleillement trop faible (d'où une carence en vitamine D, protectrice des voies respiratoires) ? Seraient-elles plus sensibles à certains polluants ? Ont-elles ingéré des substances qui ont affaibli une partie de leurs défenses immunitaires ? Si, oui lesquelles ? ...

4. Sans avoir encore toutes les réponses aux questions qui se posent, il est probable que nous lutterons efficacement contre les épidémies en réduisant nettement l'usage des innombrables polluants qui fragilisent les organismes sensibles à leur présence (*). Cette dépollution implique de revoir nos modes de production et de transport, nos façons de vivre comme nos manières d'envahir, d'exploiter et de détruire les éco-systèmes sauvages.

(*) Au rebours des affirmations péremptoires de certains commentateurs imbus de leur savoir qui prétendent qu'il faudrait complètement déconnecter les problèmes sanitaires des questions écologiques !

5. Nous ne savons pas encore et saurons-nous combien de personnes ont contracté le virus covid-19 sans paraître trop en souffrir ? Qu'est-ce qui, en elles, leur aura permis de résister ? Une lutte efficace devrait-elle passer par la multiplication des tests pour limiter la propagation ? Tous les experts ne sont pas du même avis. Le gouvernement français vient de faire en sorte (fin mars 2020) que des tests nombreux soient disponibles (*). En prévision d'une période de déconfinement, dépister les cas positifs deviendra incontournable. Ce dépistage à grande échelle ne serait-il pas également utile pour être en mesure d'identifier et d'étudier les cas sans gravité afin de déterminer ce qui les a protégés des ravages constatés sur ceux qui ont été très sévèrement atteints ?

(*) L'Allemagne et la Corée du sud paraissent avoir contenu la mortalité imputable au covid-19 avec des taux de létalité inférieurs à 1%. Ce résultat en trompe l'oeil ne doit pas cacher qu'en augmentant le nombre de cas positifs détectés, on réduit le quotient de la division du nombre de décès par le nombre de cas.

6. Comment éviter, notamment, que l'infection entre dans une phase aiguë nécessitant des tentatives de réanimation ? Suffit-il seulement d'essayer de déplacer et d'amortir le pic des manifestations critiques risquant de saturer les capacités d'accueil en réanimation ? En dehors du confinement et des mises en quarantaine qui limitent les possibilités de transmission du virus, quels sont les autres rituels à mettre en place pour que chacun, même infecté, n'entre pas dans une séquence critique voire mortelle ? Quels conseils d'hygiène donner ? Quels ingrédients, quels nutriments, quelles vitamines (*), quels exercices privilégier (**) ? De la part des émetteurs d'informations les plus en vue, le silence médiatique entourant les bonnes pratiques à instaurer pour renforcer l'immunité indique nettement que nous avons encore bien des progrès à faire en matière de prévention et de connaissance largement répandue au sujet du fonctionnement du corps humain et du vivant en général.

(*) Une carence en vitamine D réduit les défenses immunitaires protégeant les voies respiratoires tandis qu'une injection de vitamines C en intraveineuse à des doses massives évite des complications infectieuses. Notons au passage qu'une supplémentation en vitamine D est d'autant plus utile après un déconfinement qui aura accentué l'un des travers de la saison hivernale : le manque d'exposition au soleil.

(**) Il serait certainement bon qu'une très large publicité soit faite à toutes les initiatives citoyennes d'intérêt qui présentent des pratiques d'hygiène utiles au renforcement de la santé. Par exemple ici : des exercices respiratoires proposés par Julien Moreno, ostéopathe à Montpellier qui, par un sens pédagogique bien aiguisé, met en lumière les multiples bienfaits d'un travail de relâchement du diaphragme. Soit, non seulement une réduction du mal de dos mais aussi de multiples répercussions positives sur d'autres fonctions essentielles du corps humain, tant sur le plan physique que psychique.

7. Comment sortir des guerres intestines du monde médical, entre organismes comme au sein même du ministère ? Sont-elles à ce point inévitables comme en tant d'autres domaines ? Qu'est-ce qui alimente ces guerres ? S'agit-il seulement de querelles d'ego ou d'un mal plus systémique, un mal relevant d'une mauvaise organisation de la recherche clinique et même de défauts de méthode (*) ou encore de normes et de règlements inadaptés ou d'un académisme moralisateur, conformiste et attentiste qui ne sait pas réagir et travailler en situation d'urgence (**) ?

(*) Dans l'affaire chloroquine, Claude Rochet montre comment une partie du monde médical et de ses affidés versent dans l'outrance, l'erreur et l'errance par une conception erronée de la preuve scientifique. 

En parallèle (31 mars 2020), Hervé Seitz met en garde contre l'affirmation trop hâtive et mal fondée de l'efficacité d'un traitement à base d'hydroxychloroquine. Il va même jusqu'à accuser Didier Raoult de charlatanisme en cette affaire. Ce qui est aller vite en besogne puisque son accusation se fonde sur la publication de données contestables : il n'y a pas eu, en l'occurrence, de tentative de camouflage ou de tromperie. Tout spécialiste des expériences en cause est à même de formuler des critiques. L'accusation de charlatanisme tend également à jeter le discrédit non pas sur une personne isolée qui voudrait se faire mousser mais sur toute une équipe que le professeur Raoult a pris soin de mobiliser pour une lutte courageuse, audacieuse et sans retard. Enfin, cette accusation passe sous silence deux précisions d'importance : d'une part la nécessité absolue d'intervenir au plus tôt pour éviter une évolution vers une pneumonie ; d'autre part l'emploi conjoint d'un antibiotique, l'azothromycine, particulièrement indiqué dans les affections respiratoires et qui a l'avantage d'avoir aussi une action antivirale.  

(**) Voir à ce sujet la charge d'Idriss Aberkane à l'encontre des attentistes (23 mars 2020)

Le professeur Henri Joyeux apporte sa contribution et conforte le point de vue d'Idriss Aberkane dans sa tribune en date du 2 avril 2020 : "Un vrai médecin en temps de guerre" en insistant sur le rôle essentiel du zinc, oligo-élément à prescrire notamment dès l'apparition de perte d'odorat et/ou de goût, symptôme plus fréquent chez les personnes âgées, à la fois sujettes aux carences en zinc (et à la vitamine D). Voici le début de sa tribune :

"Le professeur Didier Raoult est avant tout un vrai clinicien, observateur, chercheur, décideur. Il applique en conscience ce que son immense expérience lui a appris. Face à l’urgence il n’attend pas la multiplication des comités, des réunions inutiles, des jalousies stupides des collègues qui courent les ministères et les plateaux de télévision parisiens. Pas plus que les infos de quelques journalistes médecins ou ministres qui nous ont rassurés sans rien savoir ou en sachant…" (suite)

8. Comment se fait-il que les plus brillants esprits des pays développés se détournent de la recherche au profit de situations professionnelles plus en vogue et plus rémunératrices tandis qu'en Asie, en Amérique latine et en Afrique se lèvent des étudiants remarquables ? Pourquoi la soif de connaître, de chercher et de trouver est-elle devenu si rare dans nos pays ? Ne serait-ce pas que nous vivons dans l'illusion d'avoir tout élucidé alors qu'il reste tant à explorer et à découvrir ? Voir à ce sujet l'analyse percutante qu'en faisait Didier Raoult en 2013.

9. Pour lutter efficacement contre les fléaux, une chose est sûre : nous devrons faciliter le rétablissement et les remises en ordre de bataille d'un corps médical sinistré par la licence de l'IVG (*). Encore à ce jour, l'avortement tue beaucoup plus chaque jour en France et tout au long d'une année que le covid-19 et que d'autres causes de mortalité réunies pourtant très sévères et fréquentes. Tandis que des personnels soignants se dévouent corps et âme, au péril de leur équilibre et de leur santé, pour sauver des malades, des "confrères" médecins continuent à donner la mort sous couvert de légalité mais de façon illégitime c'est-à-dire par le renversement du droit le plus élémentaire : la défense du plus faible contre un plus fort que lui-même. Tant que nous n'aurons pas reconnu que cette situation est intenable dans la durée, nous aurons beaucoup de mal à transformer ce qui favorise les dérèglements et les catastrophes. Nous devons abolir sans tarder la peine de mort à l'encontre de tous les êtres en gestation. Il en va de la santé du corps médical dans son ensemble et de la société tout entière.

(*) En pleine crise sanitaire, quelques esprits fatigués s'inquiètent de la diminution des demandes d'IVG en France tandis que d'autres essaient de profiter du moment pour allonger la période d'autorisation (12 à 14 semaines). Si la diminution des demandes d'IVG devait conduire à des avortements hors délai et à des prises de risque inconsidérés, oui il faudrait s'en alarmer mais si elle devait engendrer davantage de naissances finalement accueillies avec reconnaissance et avec joie, nous n'aurions qu'à nous en réjouir. Notons ici, qu'il fallait malheureusement s'attendre au scandale en cours dans les EPHAD : faute de places dans les hôpitaux, un décret paru au journal officiel le 29 mars vient d'autoriser la sédation des malades par injection de Rivotril, c'est-à-dire leur potentielle mise à mort accélérée. Quand le bois vert est massacré par le recours massif à l'IVG, le bois presque mort ne bénéficie plus d'aucune protection.

10. Même si le nombre de malades du covid-19 devait encore sensiblement augmenter, il est possible qu'il reste très inférieur à celui d'autres affections plus contagieuses et provoquant davantage de décès (*) mais qui n'engendrent pas un engorgement des services de santé mal calibrés pour faire face à un afflux de patients réclamant une prise en charge spécifique dans un contexte d'impréparation manifeste et de casse du système de santé publique et privée. 

(*) Il est probable aussi que le nombre de décès imputables directement au covid-19 (et non à d'autres infections) restera très largement inférieur à des causes telles que les famines, la malnutrition, les conflits armés, les accidents, les pollutions, ...

11. Les risques d'une épidémie ne sont pas simplement sanitaires : ils mettent en cause nos organisations, en l'occurrence, nos façons d'accueillir et de soigner les personnes.

12. L'IVG est l'un des symptômes les plus nets de l'évolution dangereuse de nos organisations médicales : disposant de moyens surpuissants pour vaincre les crises en temps ordinaire, nous avons pensé pouvoir remédier à tout dans l'urgence. Nous avons laissé se développer une mentalité qui privilégie l'action instantanée et brutale au lieu de lui préférer un travail patient et de long terme en amont. 

13. Comme nous prétendons pouvoir tout résoudre au plus vite, nous avons fait des hôpitaux des lieux de passage éclair où se présentent des personnes de plus en plus gravement atteintes mais aussi un nombre croissant de patients qui ne trouvent plus ailleurs une offre de soin à la portée de leurs moyens (financiers ou de transport) dans une époque où la médecine générale a été mise en difficulté par des décisions politiques du plus mauvais effet.

14. Nous lutterons efficacement contre les pics épidémiologiques en redonnant aux hôpitaux, en concertation étroite avec une médecine générale beaucoup mieux considérée et traitée, une part de leur vocation de prévention : ils ne peuvent faire face aux crises soudaines qu'en ayant une activité assez large de recherche, de suivi et d'observation (*), activité qui équilibre tous les travaux d'urgence. Ce volet préventif est essentiel : en bien des cas, il éviterait de mutiler des patients par des actes chirurgicaux qui n'avaient pas de raison d'être. Il éviterait aussi d'installer beaucoup de patients dans des états morbides chroniques que des prises médicamenteuses inadéquates ne cessent d'aggraver.

(*) Modèle dont l'IHU de Marseille est un très bon exemple : s'y conjuguent des recherches en microbiologie, des capacités de soin et un travail au long cours de suivi et d'observation.

15. Avant de prendre toute décision mutilante (et a fortiori de mise à mort comme dans le cas des avortements), un patient devrait être vu par un collège de personnes capables d'éclairer la clinique selon différents points de vue. On s'apercevrait, en bien des cas, que des traitements lourds peuvent être évités et que la mise à mort d'un être en gestation est la pire des solutions. Avant de plonger des malades dans le cercle infernal de médications de plus en plus invalidantes, nous ferions bien d'entendre les messages de guérison obtenus par des voies mettant l'accent sur l'hygiène de vie. 

16. Les hôpitaux doivent également être davantage associés aux actions qui précèdent un éventuel temps de suivi et d'observation. En leur confiant des missions qui ne relèvent pas nécessairement d'un équipement sophistiqué ou d'une pratique de pointe, nous éviterions toutes les décisions aberrantes qui ont consisté à fermer des services sous prétexte qu'ils fonctionnaient trop peu, soit pour être rentables soit pour être assez performants, car ce qui rend un corps médical compétent ce ne sont pas seulement des prouesses exceptionnelles ou des moyens colossaux mais une pratique de terrain (*) sur une grande variété de situations ; une pratique qui s'interdit de tuer. Cette expérience rend beaucoup plus apte à juger des limites de ses capacités et permet, le cas échéant, de confier une intervention délicate à un établissement mieux outillé ou mieux qualifié.

(*) Pratique de terrain qui rappelle que si l'exercice de la médecine puise des ressources dans de multiples progrès scientifiques, cet exercice demeure un art où les mathématiques ont une place raisonnable : non pas un instrument omnipotent mais un auxiliaire de grand intérêt qui n'a pas à tout régenter. L'histoire et le parcours du professeur Didier Raoult illustrent l'importance de revenir à une sélection des étudiants en médecine qui ne repose pas de façon exagérée sur les seules compétences scientifiques : il a lui-même entrepris avec succès des études de médecine après un bac littéraire. Pour aller plus loin, voir la tribune : "Réorganisation des médecines françaises". 

17. L'apparition et la propagation du covid-19 remettent en cause l'aménagement du territoire, notamment l'hyper concentration démographique et son cortège d'effets délétères en zones urbaines où le moindre incident prend une ampleur démesurée. Elle révèle aussi une très curieuse organisation des zones cultivées : saturées de mono-cultures (*) dont certaines sont gourmandes en main d'oeuvre temporaire pour des travaux harassants voire dangereux (par contact ou par inhalation) qui ne tentent plus guère les autochtones. N'est-il pas temps de remettre en cause ce modèle qui n'offre pas une activité attractive et stable tout en maintenant des personnes venues d'ailleurs dans une situation de très grande précarité ? 

(*) Mono-cultures qui entraînent de surcroît l'emploi massif et fréquent de polluants redoutables quand la mise en oeuvre d'une lutte biologique bien pensée ne vient pas atténuer ou faire disparaître les risques encourus par les personnels confinés dans l'espace clos d'une serre ou en présence d'un environnement ouvert mais dégradé et souillé par l'usage intensif de pesticides redoutables.

18. Cette période de confinement interroge nos modes de consommation et nos façons de vivre. Qu'allons-nous entreprendre pour cesser de manger des tomates tout au long de l'année ou déguster des fraises dès le mois de février sans pour autant avoir recours à des systèmes coercitifs d'un autre âge ? En un mot : comment passer d'une liberté fondée sur un très large éventail d'options à une liberté éclairée par des principes bien fondés et dégagée des contingences extérieures ?

19. Même si le covid-19 s'avère moins létal que nous pouvions le craindre, il n'en demeure pas moins que les rescapés de ce virus qui ont traversé une phase aiguë nécessitant plusieurs jours d'assistance respiratoire et de coma garderont des séquelles parfois très lourdes : atteinte grave des voies respiratoires (fibrose pulmonaire) et troubles neuronaux consécutifs au traumatisme subi et aux soins intensifs requis.

20. Plus que jamais, nous devons ne pas nous satisfaire de nos arsenaux techniques : s'ils permettent de faire face dans un grand nombre de cas, tant que nos capacités ne sont pas débordées, ils ne garantissent pas une sortie de crise sans douleurs et sans regrets. 

21. Nous en venons à l'un des points cruciaux, l'un des défis majeurs de ce temps : sortir du deal et du challenge permanents. Sortir de cette pression que les uns subissent sans trop savoir comment lui résister et que d'autres accentuent par le recours au dopage.

22. Sortir du deal, c'est faire en sorte que le monde des dealers de tout poil soit de plus en plus réduit à la portion congrue, et cela à tous les niveaux.

23. Commençons par un exemple emblématique de l'état de nos sociétés dites "avancées". Mieux vaudrait reconnaître qu'elles sont droguées aux énergies fossiles et pas seulement à toutes les drogues mises au point par des criminels et des assassins voire par des apprentis sorciers qui provoquent l'arrivée brutale aux urgences de nos hôpitaux de jeunes qui se sont empoisonnés avec des produits et des mélanges inconnus des services médicaux, ce qui rend leur tâche de soignants particulièrement difficile. 

24. L'un des symptômes manifestes de l'addiction de nos sociétés dites "avancées" est la réaction des producteurs d'or noir en position de force : s'étant habitués à vivre principalement des revenus que leur procure l'extraction des hydrocarbures, ils s'affolent de la baisse des cours du brut et sont prêts à mettre en péril et même en faillite tous les autres pourvoyeurs d'énergie pour sauvegarder voire pour accroître leur position dominante, pour préserver leurs intérêts et pour conserver leurs capacités de nuisance par financements occultes.

24. Inonder la planète de dollars "pour soutenir l'économie mondiale" dit-on, vouloir émettre des coronabonds ou une floppée d'euros supplémentaires comportent le risque majeur d'entretenir cette culture de l'addiction aux énergies fossiles car ils s'agit de deux monnaies-argent qui facilitent la captation des trésors terrestres par les uns au détriment des autres. Si nous voulons sortir de ce modèle suicidaire, il nous faut inventer d'autres instruments monétaires qui, tout en soutenant nos économies malmenées, vont contribuer à l'émergence d'un monde libéré de l'addiction fossile, non pas contraint et forcé par l'épuisement des réserves, par des pénuries ou des catastrophes mais par des efforts d'innovation soutenus par la création de nouvelles monnaies de service et d'abondance comme par des efforts bien ciblés et bien orientés pour transmettre aux générations montantes nos propres trésors fossiles, c'est-à-dire l'immensité des savoirs et des savoir-faire, l'incroyable diversité des infrastructures déployées, la pléthore de machines et de robots inventée ... par nos prédécesseurs pour faciliter nos travaux ordinaires et la production d'oeuvres nouvelles. Des trésors fossiles, matériels et immatériels, qui finiront dans l'escarcelle de créanciers véreux et de spéculateurs vénéneux et/ou de régimes plus intelligents et plus industrieux si nous ne comprenons pas de façon renouvelée ce qui est en train de se jouer.








Traduction du titre de la tribune dans d'autres langues :

Wirksamer Kampf gegen Virusepidemien

Effective fight against viral epidemics

الكفاح الفعال ضد الأوبئة الفيروسية

有效对抗病毒流行

바이러스 전염병에 대한 효과적인 싸움

מאבק יעיל נגד מגיפות נגיפיות

Lucha efectiva contra las epidemias virales

Troid éifeachtach i gcoinne eipidéimí víreasacha

Lotta efficace contro le epidemie virali

ウイルスの流行に対する効果的な戦い

Skuteczna walka z epidemiami wirusowymi

Luta eficaz contra epidemias virais

Эффективная борьба с вирусными эпидемиями




lundi 23 mars 2020

France2022 : Tribunes en ordre alphabétique


Tribunes du projet France2022 
rangées selon l'ordre alphabétique de leur titre 
en français


Abolition de la peine de mort des tout petits en gestation (1ère édition - 30 juin 2017)
Abolition de la peine de mort des tout petits en gestation (2ème édition - 19 mars 2020)

Accueil des étrangers dans chaque municipalité (2 avril 2015)

Aides pour les lecteurs

Apprendre à COMPARER ou bien à ... ORDONNER (15 septembre 2015)

Atouts de la France et intérêts francophones (1ère édition - 25 novembre 2018)
Atouts de la France et intérêts francophones (2ème édition - 6 janvier 2020)

Baptême et politique (21 août 2014)

Bibliographie / Tribunes (9 mars 2017)

Billet d'humeur à propos de la réforme des programmes de collège en France (22 mai 2015)

Brève analyse du marasme économique en France (8 octobre 2015)

Ce que je crois (21 février 2017)

Confessions intimes et confessions publiques (1er mars 2014)

Constats, principes directeurs et grandes orientations (26 janvier 2020)

Création d'une monnaie de service et d'abondance (1ère édition - 22 octobre 2017)

Dépollutions ? (28 février 2020)

Dernière ligne droite pour une écologie intégrale (8 septembre 2019)

Des agricultures françaises (ou d'ailleurs) en crise, au bord du gouffre ou en deuil. Pourquoi ? Comment s'en sortir ? (1ère édition - 20 février 2016)
Des agricultures françaises (ou d'ailleurs) en crise, au bord du gouffre ou en deuil. Pourquoi ? Comment s'en sortir ? (2ème édition - 6 mars 2020)

Des causes désargentées (22 mai 2010)

Des municipalités souveraines et gouvernées (13 mars 2010)

Dons, pardons et réconciliations (1ère édition - 27 avril 2010)
Dons, pardons et réconciliations (2ème édition - 17 mars 2020)

Du logement social à l'offre sociale de logement (14 mars 2013)

Ecole et société malthusienne(s) en France (et ailleurs ! ) (11 mars 2018)

Ecologie intégrale ? (22 février 2020)

Economie circulaire ? (23 février 2020)

Economie décarbonée ? (26 février 2020)

Energie, éthique et création de monnaie (7 mars 2020)

En route vers le prix Nobel d'économie ? En route vers le prix Nobel de la paix ? (29 février 2020)

Etudier les mathématiques, par où commencer ? (14 oût 2019)

Faims des hommes (7 juin 2010)

France ... Maison du pain (3 février 2014)

Génie et sainteté en France et ailleurs (1ère édition - 16 août 2010)
Génie et sainteté en France et ailleurs (2ème édition - 25 septembre 2019)

Gestes ordinaires (10 février 2020)

Gestes politiques à la portée de chacun d'entre nous (28 avril 2016)

Glossaire

Habemus Papam (14 mars 2013)



Impôts, taxes et cotisations ou l'affrontement de deux logiques (2ème édition - 17 décembre 2019)

Informations, recherches, réflexions et actions politiques (6 décembre 2011)

Interventions de l'Etat (21 août 2014)

La bataille des Municipales à Paris et ailleurs (1ère édition - 26 septembre 2019)
La bataille des Municipales à Paris et ailleurs (2ème édition - 29 janvier 2020)
La bataille des Municipales à Paris et ailleurs (3ème édition - 18 février 2020 )

La brebis égarée (1er mars 2014)

La conversion des élites et de ... tout un chacun ! (18 février 2020)

La nécessité de la prière (27 juin 2010)

La paille et la poutre (10 septembre 2010)

La question du travail humain (6 avril 2010)

Le casse-tête de la stratégie économique en France (15 octobre 2014)

Le moine et le politique (24 mars 2015)

L'enseignement en deuil (21 août 2014)

Le Pape et le Président (9 octobre 2010)

Les mathématiques, à quoi ça sert ?

Les mathématiques, la force de la première impression

Les nouveaux rentiers et mercenaires de tout poil

Lettre ouverte à François Ruffin

Lettre ouverte aux agents de la fonction publique (2ème édition)

Lettre ouverte aux artistes et aux artisans (2ème édition)

Lettre ouverte aux étudiants en sciences politiques

Lettre ouverte aux femmes croyantes de ce temps

Lettre ouverte aux gilets jaunes

Lettre ouverte aux jeunes (2ème édition)

Lettre ouverte aux journalistes (3ème édition)

Lettre ouverte aux maires en exercice et aux futurs maires de France

Lettre ouverte aux moines et moniales de France et d'ailleurs

Lettre ouverte aux parlementaires LREM, députés et sénateurs

Lettre ouverte aux partisans de l'abstention

L'europe et la France (1ère partie)

L'europe et la France (2ème partie)

L'europe et la France (3ème partie)

L'europe et la France (4ème partie)

Liens utiles (institutionnels) utiles sur la Toile

Lignes de force du projet France2022

L'islam en France et ailleurs

L'IVG, un droit fondamental ?

L'objection de conscience municipale ou provinciale

Lumière sur nos ténèbres (2ème édition)

L'urgence de la transition écologique

Lutte efficace contre les épidémies virales et autres désordres sanitaires (28 mars 2020)

Manif pour tous

Massacre des Saints Innocents

Mathématiques et discernement (2ème édition et compléments) ou pourquoi l'hôpital public français est-il en crise ?

Mystère de la grâce

Nos chers voisins

Nouvelle organisation municipale

Nouvelle organisation territoriale

Organisation territoriale et mandats

Pensions de retraite

PMA et GPA

Politiques et religions

Politique, un dur métier pour qui l'accomplit dans un esprit de service

Pourquoi cette tribune

Pourquoi deviennent-ils djihadistes ?

Pourquoi Marine Le Pen ne sera jamais présidente de la République française

Pour un BREXIT (ou un FREXIT) sans chimères, sans désillusions, sans heurts

Pour une école renouvelée en France

Pour une vraie recherche publique française et européenne

Préparer l'après Macron ?

Présidentielles : la coupe est pleine

Prières

Principe de caducité des lois

Principes pour favoriser une saine Union Nationale

Production / consommation dans chaque nouvelle municipalité

Prospective (1ère édition)
Prospective (2ème édition)

Quelle Europe pour demain ?

Quelles mathématiques pour l'ordinaire ?

Questions en débat

Réforme de la fiscalité patrimoniale

Réhabilitation de la mémoire de Louis XVI et prolongements constitutionnels. Pour une révolution authentique  (1ère édition)
Réhabilitation de la mémoire de Louis XVI et prolongements constitutionnels. Pour une révolution authentique  (2ème édition)

Réorganisation des médecines françaises

Saine anthropologie pour un projet solide

Significations de l'avortement et de l'IVG (2ème édition)

Statut de citoyen municipal

Travaux intellectuels et travaux manuels

Un an après

Un militaire pour présider la France en 2022 ?

Vers une France ingouvernable ?

Vers un Etat stratège

Vive la fonction publique en France ... et ailleurs !



France2022 Projektforen
in alphabetischer Reihenfolge ihres Titels 
in deutscher Sprache 
angeordnet


Abschaffung der Todesstrafe für schwangere Babys (1ère édition - 30 June 2017)
Abschaffung der Todesstrafe für schwangere Babys (2ème édition - 19 März 2020)

Aufnahme von Ausländern in jeder Gemeinde (2 April 2015)

Aufräumen ? (28. Februar 2020)

Bibliographie / Tribünen (9. März 2017)

Ergebnisse, Leitprinzipien und allgemeine Anweisungen (26. Januar 2020)

Französische Landwirtschaft (oder anderswo) in der Krise, am Rande oder in Trauer. Warum ? Wie komme ich da raus ? (1. Ausgabe - 20. Februar 2016)
Französische Landwirtschaft (oder anderswo) in der Krise, am Rande oder in Trauer. Warum ? Wie komme ich da raus ? (2. Auflage - 6. März 2020)

Französische Vermögenswerte und französischsprachige Interessen (1ère édition - 25 November 2018)
Französische Vermögenswerte und französischsprachige Interessen (2ème édition - 6 Januar 2020)

Hilfe für Leser

Intime und öffentliche Geständnisse (1. März 2014)

Kurze Analyse des wirtschaftlichen Abschwungs in Frankreich (8. Oktober 2015)

Lernen Sie zu VERGLEICHEN oder ... zu BESTELLEN (15 September 2015)

Letzte Strecke für eine integrale Ökologie (8. September 2019)

Schaffung einer Währung des Dienstes und des Überflusses (1. Ausgabe - 22. Oktober 2017)

Stimmungsbeitrag zur Reform der Hochschulprogramme in Frankreich (22. Mai 2015)

Taufe und Politik (21 août 2014)

Was ich glaube (21. Februar 2017)



Schlechte Ursachen (22. Mai 2010)

Souveräne und regierte Gemeinden (13. März 2010)

Spenden, Vergebung und Versöhnung (1. Auflage - 27. April 2010)

Spenden, Vergebung und Versöhnung (2. Auflage - 17. März 2020)

Vom sozialen Wohnungsbau zum sozialen Wohnungsangebot (14. März 2013)

Malthusianische Schule und Gesellschaft (en) in Frankreich (und anderswo!) (11. März 2018)

Integrale Ökologie? (22. Februar 2020)

Kreislaufwirtschaft? (23. Februar 2020)

CO2-arme Wirtschaft? (26. Februar 2020)

Energie, Ethik und Geldschöpfung (7. März 2020)


Mathematik studieren, wo soll ich anfangen? (14. August 2019)

Hunger nach Männern (7. Juni 2010)

Frankreich ... Maison du pain (3. Februar 2014)

Genie und Heiligkeit in Frankreich und anderswo (1. Auflage - 16. August 2010)

Genie und Heiligkeit in Frankreich und anderswo (2. Auflage - 25. September 2019)

Gewöhnliche Gesten (10. Februar 2020)

Politische Gesten für uns alle (28. April 2016)

Glossar

Habemus Papam (14. März 2013)


France2022 grandstands project 
rows in alphabetical order 
of their title 
in English


Abolition of the death penalty of toddlers in gestation  (1st Edition - June 30, 2017)
Abolition of the death penalty of toddlers in gestation  (2nd edition - March 19, 2020)

Advantages of France and French interests  (1st edition - November 25, 2018)
Assets of France and French interests (2nd edition - January 6, 2020)

Aids for readers

Baptism and policy  (August 21, 2014)

Bibliography / Grandstands  (9 March 2017)

Bites of men  (7 June 2010)

Brief analysis of economic stagnation in France  (8 October 2015)

Causes penniless  (22 May 2010)

Circular economy ? (23 February 2020)

Common Gestures  (10 February 2020)

Creating a currency service and abundance  (1st edition - October 22, 2017)

Dépollutions  ? (February 28, 2020)

Donations, forgiveness and reconciliation  (1st edition - April 27, 2010)
Donations, forgiveness and reconciliation  (2nd Edition - March 17 2020)


Economy decarbonized ? (February 26, 2020)

Energy, ethics and money creation  (7 March 2020)


Engineering and holiness in France and elsewhere (1st Edition - Aug. 16, 2010)
Engineering and holiness in France and elsewhere (2nd edition - September 25, 2019)


Findings, guiding principles and broad guidelines  (January 26, 2020)
France ... House of Bread  (3 February 2014)

From social housing to social housing offers  (14 March 2013)

Glossary

Habemus Papam (March 14, 2013)

Home foreigners in each municipality  (2 April 2015)

Integral Ecology ? (22 February 2020)

Intimate Confessions and public confessions  (1 March 2014)

Last lap for a full ecology  (September 8, 2019)

Learn to COMPARE ... or to ORDER  (15 September 2015)

Mood ticket about reform in France college programs (22 May 2015)

On the way to the Nobel Prize in economics? Towards the Nobel Peace Prize?  (29 February 2020)

Political gestures within the reach of all of us  (28 April 2016)

School Malthusian company (ies) in France (and elsewhere!)  (11 March 2018)


Studying mathematics, where to start?  (14 ost 2019)

The French agriculture (or elsewhere) in crisis, on the brink or in mourning. Why ? How to cope?  (1st Edition - February 20, 2016)
The French agriculture in (or elsewhere) in crisis, on the brink or in mourning. Why ? How to cope?  (2nd edition - March 6, 2020)

The sovereign municipalities and governed  (13 March 2010)

What I believe  (21 February 2017)






vendredi 20 mars 2020

France2022 : Nos chers voisins


1. Territoire admirablement placé sur le globe terrestre, la France est voisine de plusieurs pays que j'ai intérêt à mieux connaître, débarrassé d'a priori douteux, dépourvu de préjugés et tout à fait curieux de la singularité de chacun. C'est un long travail : j'aurai à me dépouiller de ce qui encombre l'espace d'une vraie connaissance amoureuse ; il me faudra abandonner toutes ces idées reçues qui voilent les trésors à deux pas de chez nous, juste à nos portes. Au fil de cette exploration, je fortifierai les principes d'une mise en musique qui ne s'en tient pas aux seules données immédiates puisqu'elle va au-delà des notes tout en respectant avec soin ce qu'elles indiquent. Pour aller plus loin : interview de Sergiu Celibidache à propos de la direction d'orchestre et, notamment, du tempo.

2. Dans cet enregistrement, il est aussi question d'unité, de respiration, d'amplitude ... Une façon d'inviter notre regard et notre écoute à dépasser la matérialité sans âme pour accéder à ce qui transcende les perceptions, pour entrer en résonance avec des mondes plus subtils. Si je regarde l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie,  le Royaume Uni ..., la Roumanie, ... sans chercher à voir au-delà des impressions ordinaires ou convenues, je ne pourrai pas comprendre la place, le rôle, la mission de chacun de nos voisins, proches ou plus lointains. Je resterai sur le seuil d'une connaissance capable de me transporter bien au-delà de mon petit pré carré. Pour aller plus loin : interprétation du concerto en sol de Ravel pour piano et orchestre par Arturo Benedetti Michelangeli et Sergiu Celibidache (début à la minute 6:30).

3. Ainsi voyons-nous ces analystes pressés d'en découdre avec l'Allemagne s'imaginer qu'elle ferait la pluie et le beau temps en Europe. S'il est vrai que sa consommation de charbon est problématique, n'allons pas trop vite en déduire que notre voisin de l'est serait seul responsable du climat délétère qui sévit sur le continent. Plusieurs de nos dirigeants ont manqué de courage et d'aplomb pour lui faire entendre raison.

4. Avant même de prétendre recadrer l'Allemagne, encore faudrait-il s'entendre pour définir un horizon commun vraiment nettoyé du malthusianisme de bazar à l'origine des atermoiements d'une Europe devenue frileuse ; un horizon que n'assombriraient plus les peurs à l'égard de la puissance du nucléaire. Du haut de notre superbe, nous pourrions les juger infantiles alors que nous ferions mieux d'en comprendre les ressorts. Pourquoi les Allemands ont-ils eu si peur de l'atome, au point d'être l'un des rares pays de très haute technologie à être aussi en retard, aussi peu équipé en centrales nucléaires ?

5. Pour quelles raisons non attribuables à la seule peur, les Allemands n'ont-ils pas massivement investi dans le nucléaire ? Si nous ne cherchons pas à répondre honnêtement, complètement, en toute connaissance de cause, nous n'arriverons pas à élucider ce mystère. Plus grave : nous n'arriverons pas à sortir l'Europe de l'enlisement. C'est dire l'importance de cette question, en dépit de toutes les dénégations qui ne manquent pas de fleurir ici et là. Oui, le nucléaire est en panne en France et en Europe tandis que la Chine tente de s'imposer dans ce domaine parce que nous n'avons pas su associer l'Allemagne à l'un des grands défis de notre temps et parce qu'elle-même n'a pas souhaité contribuer aux efforts requis pour donner à l'Europe tout entière une position de leader dans la transition énergétique. Transition qui impacte l'ensemble de la société à des degrés si élevés que nous perdons un temps fou à reporter les transformations qu'elle suppose et qu'elle engendrera : ne pas s'interroger dès maintenant, ne pas échafauder des plans aujourd'hui, ne pas prévoir les mises en cause à venir, c'est prendre le risque d'avoir à réagir dans l'urgence et la précipitation à une cascade de phénomènes qui dépasseront nos capacités et notre entendement.

6. Ce qui est aujourd'hui en cause, ce n'est pas tant que l'Allemagne et d'autres à sa suite, plus ou moins contrainte, se soient engagés sur les voies d'un libéralisme destructeur, c'est quelque-chose de plus profond, de viscéral : héritiers de tribus guerrières, les Allemands sont restés très attachés aux industries des métaux. Se lancer dans la construction d'éoliennes géantes (*) au rendement plus que douteux et bien incapables d'assurer une base stable au mix énergétique, c'était encore se cramponner aux forges, à l'acier et à la maîtrise de tous les processus qui rendent possibles les miracles de la métallurgie.

(*) Ces éoliennes dont nos amis danois reviennent après avoir sur-investi dans cette voie qui les contraint à brader leur surplus et à payer au prix fort leurs déficits de production ... 

7. Les miracles de la métallurgie n'ont pas que des avantages. Ils ont le triste privilège d'accentuer les tensions sur tous les approvisionnements en matériaux de plus en plus rares, non seulement en valeur absolue mais, plus encore, rapportés au nombre de consommateurs. Au lieu d'essayer de sortir de ce modèle où le nombre porté au dénominateur - le nombre d'habitants sur terre - inquiète les esprits pusillanimes et calculateurs, toute philosophie d'inspiration malthusienne se crispe sur des savoir faire que nous allons devoir dépasser sans tarder.

8. Si je ne comprends pas cet attachement de l'Allemagne aux matières premières, je suis incapable de saisir la raison d'être de son attitude à l'égard de la monnaie-argent. Je la taxe trop vite d'égoïsme, de nationalisme, d'indifférence à l'égard de ses partenaires européens, de matérialisme ... et je passe à côté d'un levier qui se trouve pourtant à portée de main. Réussir à s'en saisir nécessite de dépasser le concept de monnaie-argent pour entrer dans le champ large des monnaies de service qui n'ont pas pour objectif de nous mettre en position de force dans les jeux géopolitiques de l'offre et de la demande de matières premières et d'énergies fossiles mais qui sont destinées à étayer la multitude des relations de service que toute société complexe est tenu de développer pour rester en équilibre dynamique. Voir à ce sujet : création d'une monnaie de service et d'abondance.

9. Ceux qui prétendent que la zone euro va imploser oublient l'attachement des Allemands à cette nouvelle monnaie très avantageuse pour eux : assez forte pour importer des matières premières à bon compte et pas trop forte afin d'être en mesure d'exporter dans le monde entier, sans souci monétaire excessif, des produits résultant de processus industriels complexes. Sans l'euro, l'Allemagne n'aurait jamais atteint des sommets d'excédent commercial.

10. D'un peuple aussi rigoureux et précis, tenant parole et honorant ses engagements, on dira qu'il est "allemand". Ainsi dit-on des Irakiens qu'ils sont les Allemands du Moyen-Orient, bien loin du cliché d'un Orient désinvolte qui se moquerait de l'heure, d'autrui et des contraintes temporelles comme de l'an quarante.

Interlude : requiem de Mozart comme vous ne l'avez jamais entendu, sous la houlette de Sergiu Celibidache à la tête de l'orchestre philharmonique de Munich en février 1995Des tempi ciselés pour une plénitude sonore au service d'un tout dont chaque fragment est parfaitement ajusté à l'ensemble ... Pour les passionnés, des extraits de répétition de ce requiem sont également disponibles sur la Toile.

11. Quittons quelques instants l'Allemagne pour entrer en Italie ... même en cette période de confinement ... L'Italie du Nord, proche de l'Allemagne, a suivi, peu ou prou, le modèle allemand en misant fortement sur l'industrie automobile. Pari judicieux et intéressant lorsque les hydrocaurbures étaient abondants et à prix défiant toute concurrence ; pari de plus en plus risqué dès lors que le pic de production mondiale d'énergies fossiles, hors sables bitumineux et gaz de schiste, a été dépassé (entre 2000 et 2010).

12. Sur ce territoire en forme de botte, se sont développés des trésors de savoir faire dans tous les domaines où il a fallu faire preuve d'ingéniosité et de génie créatif. Que l'on songe à la lutherie, aux diverses manufactures italiennes, et l'on aura un panorama presque complet de l'habileté de nos voisins. Il manquera encore la prodigieuse inflorescence des arts italiens, ce domaine qui eut une influence si grande sur le reste de l'Europe et, en particulier, sur l'Allemagne.

13. Aborder l'Italie, c'est découvrir une nouvelle réalité, moins prégnante en Allemagne : la diversité des écosystèmes et des mentalités qui devrait toujours nous alerter et nous éviter de mettre toute une nation dans le même sac ou nous épargner les caricatures simplistes qui consistent à séparer voire à opposer le nord et le sud, l'est et l'ouest ... 

14. Nul doute que c'est l'un des fleurons de l'Italie qui permet le mieux de saisir la richesse de ses paysages, de ses coutumes, de sa palette de savoir faire : l'agriculture. Sans elle, bien pensée, aucune nation ne tient vraiment la route. Dès qu'elle va mal, c'est tout un pays qui bascule dans la misère et l'émigration.

15. L'introduction de machines surpuissantes et gourmandes en énergies fossiles a profondément modifié les conditions de vie sur tous les territoires se prêtant à leur emploi. Elle a aussi creusé un fossé entre agriculture de montagne et agriculture de plaine ; fossé que la lente érosion du stock disponible d'hydrocarbures devrait heureusement peu à peu comblé au plus grand bénéfice de tous, à condition que nous prenions conscience des enjeux du moment.

16. Rôle majeur, parmi d'autres aussi essentiels, des agricultures de montagne : mettre en équation et en oeuvre l'un des principes clefs de la permaculture : la diffusion et l'appropriation aussi lentes que possible des deux ressources primordiales en agriculture : la lumière et l'eau (sans oublier les sols vivants. Nous y reviendrons). Diffusion et appropriation assurée par les terrasses, les bassins de rétention d'eau et les cultures multi-étagées accordant une place aussi large que possible à la biodiversité végétale et animale au rebours de toutes les pratiques d'uniformisation stérilisantes voire dangereuses. A deux pas des monts italiens, juste de l'autre côté de la frontière, Sepp Holzer montre depuis plus de cinquante ans en Autriche la voie à suivre sur les versants montagneux. Pour les passionnés et les curieux : vidéo de présentation de sa ferme Krameterhof (Une trentaine de minutes gratuites après avoir sauté le bandeau tarifaire).

17. Tandis que nos glaciers d'Europe (et d'ailleurs) fondent à la vitesse grand V, il est plus qu'urgent de retenir l'eau douce sur les sommets lui donnant ainsi d'abreuver les terres en aval le plus lentement du monde. Nous éviterons ou nous limiterons ainsi les crues et les inondations tout en facilitant la pousse de tous les végétaux. Pour cela, nous devons boiser les pentes de nos montagnes de manière intelligente : non pas avec une seule espèce à pousse rapide comme cela s'est pratiqué auparavant mais avec une abondance de variétés qui favorise la biodiversité tout en protégeant nos plantations des à coups climatiques prévisibles. Voilà qui serait une application judicieuse, parmi d'autres, de la création d'une monnaie nationale de service et d'abondance. Voilà aussi l'occasion de lancer de nombreux chantiers participatifs à l'image de cette excellente démonstration du bureau Permaculture Design, certes à une autre échelle mais selon des principes transposables.

18. De l'Italie, nous passons à l'Espagne, l'un des pays d'Europe le plus menacé par la désertification consécutive au réchauffement climatique. Là plus qu'ailleurs, une reforestation massive s'impose pour préserver une unité nationale fragile : des tensions trop vives dans le monde agricole entraîneraient un sauve qui peut général préjudiciable à toutes les provinces espagnoles, y compris pour celles qui prétendraient se suffire à elles-mêmes ...

19. A la reforestation, il faut adjoindre une transformation radicale des pratiques culturales pour éliminer l'utilisation de poisons et pour limiter l'emploi de ressources d'origine fossile. Il faut encore préserver les terres arables et même améliorer leur potentiel en prévision d'une montée des eaux qui rognerait les espaces côtiers et qui éliminerait une partie des Pays Bas.

20. Jusqu'à maintenant cet autre cher voisin de la France a fait preuve d'un génie hors du commun pour bâtir des digues et gagner des terres sur la mer. Il ne pourrait pas faire face cependant à une brusque montée des eaux qui se prolongerait au-delà de quelques jours. Cette éventualité n'a rien de farfelu au rythme où vont les choses. L'épidémie du coronavirus en retardera peut-être l'échéance mais des scénarios prévoient déjà que les océans et les mers monteront de plusieurs mètres. Notons aussi que le climat des prochaines décennies est déjà dans les cartons quoique nous fassions désormais : l'inertie du système complexe qui le détermine est telle que les correctifs que nous apporterons demain n'auront d'incidence que pour les générations à venir.




21. Pour nous engager résolument sur la voie des transformations bénéfiques, nous aurons à sortir d'une très mauvaise interprétation de la liberté humaine et des droits qui s'y rattachent. Comment pourrons-nous en effet accepter de sacrifier une part de notre confort et des facilités qu'offrent les énergies fossiles abondantes, si nous ne reprenons pas conscience de la sacralité de toute vie ? Comment accepter une révision de nos croyances en une croissance incessante si nous ne prenons pas conscience des maux qui précèdent et qui suivent tout avortement ? Point n'est besoin d'être prophète pour affirmer ceci : tant que nous n'aurons pas aboli la peine de mort pour les tout petits en gestation, nous serons incapables de résoudre les défis énergétiques et climatiques, économiques et sociaux, politiques et géopolitiques qui se profilent à l'horizon. 

22. Toute dénonciation des désordres contemporains demeure incomplète et, partant, verse dans l'erreur, si elle oublie leurs premières victimes : les millions d'êtres en gestation qui tombent chaque année sous le coup d'un procès et d'une condamnation radicale sans que le moindre avocat n'ait assuré leur défense. Ces jeunes pousses humaines disparaissent dans un silence effroyable comme tous ces êtres vivants qui sont sacrifiés sur l'autel d'une démesure follement destructrice. La barbarie n'appartient pas seulement au passé : elle est présente en maints endroits sur la planète Terre. Et pas seulement chez nos chers voisins.

A suivre ...

Traduction de "Nos chers voisins" dans d'autres langues :

Unsere lieben Nachbarn - Our dear neighbors - جيراننا الأعزاء - Մեր սիրելի հարևաններ -
Gure auzoko maitea - I nostri vicini vicini - Vores kære naboer - Nuestros queridos vecinos -
Αγαπητοί μας γείτονες - שכנינו היקרים - Ár gcomharsana daor - I nostri cari vicini -
 親愛なる隣人
Proximos nostros - Nasi drodzy sąsiedzi - Nossos queridos vizinhos
Dragii noștri vecini - Наши дорогие соседи - Naši milí sousedé
Sevgili komşularımız - Наші дорогі сусіди - Hàng xóm thân yêu của chúng tôi - אונדזער ליב שכנים