TRANSLATE

samedi 20 avril 2019

France 2022 : Lettre ouverte aux jeunes (réédition)

Open Letter to the youth of France, European youth, young African American youth, youth of Asia and Oceania young

Carta abierta a los jóvenes de Francia, la juventud europea, joven jóvenes afroamericanos, los jóvenes de Asia y Oceanía jóvenes

Открытое письмо к молодежи Франции, европейская молодежь, молодой афро-американская молодежь, молодежь Азии и Океании молодых



Pour la restauration de Notre-Dame et beaucoup plus encore !

 



«Au lieu d'aller dehors, rentre en toi-même: 
c'est au cœur de l'homme qu'habite la vérité» :
c'est du saint Augustin, qui s'était lui aussi pas mal cherché.

Trouve-toi d'abord, 
avant de vouloir exister par le regard des autres, le succès…. Travaille.

N'aie pas peur de mettre vingt ans 
pour apprendre et cultiver ton talent.

La vie n'est pas une expérience,
c'est un appel.

Le mariage n'est pas une expérience,
c'est une promesse éternelle.

Avoir des enfants, 
ce n'est pas une expérience,
c'est répondre au mystère d'incarnation de la vie,
ce pour quoi on est fait.

Construis-toi d'abord par ce mystère qui est en toi : la vie, la vraie.




"La jeunesse n'est pas une période de la vie, 
elle est un état d'esprit."

Général MacArthur



Chers jeunes,



1. Héritiers d'un monde ancien, il vous revient de le transformer pour le conduire, dans l'ordre de l'amour, à une perfection plus haute. Ne soyez jamais surpris de le trouver imparfait. Le monde que vous laisserez à ceux qui vous succéderont le sera encore et il en sera ainsi jusqu'à la fin des temps.

2. Les générations qui nous ont précédés ne se sont pas découragées devant ce constat d'imperfection : elles ont essayé d'améliorer ce qu'elles ont jugé à portée de leurs efforts et nous sommes aujourd'hui redevables de tous les progrès accomplis. Ces progrès rendent beaucoup plus simples certains aspects de notre vie quotidienne. Ils nous offrent une grande variété de solutions pour résoudre les problèmes de plus en plus complexes de notre temps. L'homme contemporain en arrive parfois à se perdre dans le dédale de la multimodalité, cette multiplicité d'options possibles pour aller d'un point à un autre, d'un conflit à sa résolution, d'une difficulté à sa levée, ... multimodalité si prégnante autour de nous au travers des objets multifonctionnels ou de la foison des méthodes proposées ici et là. Ces progrès ont aussi engendré de nouveaux défis qu'il vous appartient de relever sans vous laisser impressionner ni par leur ampleur ni par la somme des connaissances requise pour cela : plus que jamais, notre monde invite l'humanité à la coopération, à l'entraide, à l'humilité car si l'ensemble des connaissances humaines s'est considérablement accru au fil des siècles, chacun de nous se trouve de plus en plus dépassé par son immensité. Même en étant génial dans un domaine, je ne peux espérer tout maîtriser. Plus que jamais, il me faut m'en remettre à autrui pour tout ce qui m'échappe. Au bout du compte, me voici rendu à mon état fondamental de croyant, non pas seulement dans le champ religieux mais dans les domaines profanes. Chacun de nous, faute de temps et de connaissances théoriques ou pratiques est bien incapable de tout vérifier. Chacun de nous est dans l'obligation d'accepter l'incertitude générée par tout acte de confiance (ou de défiance) quasi incontournable et que, par essence, nulle preuve irréfutable n'est en mesure de réduire.

3. Les hommes et les femmes qui nous ont devancés ont fait preuve non seulement de génie inventif mais encore d'un courage extrême dans des situations périlleuses ou accablantes. Les progrès matériels, structurels et fonctionnels dont nous profitons, nous les devons au labeur d'innombrables personnes qui ont connu la misère dans des quartiers sordides ou des campagnes ravagées par des périodes de guerres absurdes ou d'industrialisation frénétique ou encore de désindustrialisation et de désertification irresponsables qui ont fait peu de cas des enfants, de leur famille et de la santé des hommes.

4. Nous serions des héritiers d'une ingratitude calamiteuse si nous passions notre temps à nous plaindre de tel ou tel défaut alors que notre vie entière ne suffirait pas pour connaître tous les biens qui nous ont été légués et prendre le temps d'exprimer notre reconnaissance. Si nous savions le poids de souffrance enduré par nos prédécesseurs et la somme de leurs efforts patients pour nous offrir ce dont nous bénéficions à l'heure actuelle, nous serions submergés par l'émotion et la gratitude, terrifiés par l'insignifiance de nos récriminations.

5. Une plainte stérile détourne de la louange juste et féconde. Elle consomme l'énergie dont j'ai besoin pour découvrir les trésors qui sont au-delà des barrières dressées par la paresse, l'égoïsme ou l'égocentrisme, le découragement ou l'ignorance en lesquels maintient la méconnaissance de l'histoire des hommes, l'histoire de ma famille, de mon quartier, de mon village, de ma province, de mon pays comme de celui des autres et la méconnaissance de ma propre histoire, de ce passé enfoui au fond de ma mémoire auquel seul un effort délibéré de gratitude me donnera accès.

6. Aujourd'hui, chaque citoyen qui ne vit pas dans la misère dispose de moyens qui dépassent de très loin ceux dont disposaient autrefois les plus grands et les plus célèbres personnages de l'histoire. En vous préparant sérieusement au cours de vos études à tenir votre rang dans le monde en vue d'une missionoble et singulière, vous pourrez accomplir des merveilles inouïes et des prodiges dont personne aujourd'hui ne peut avoir la moindre idée même s'il est possible, d'ores et déjà, d'esquisser et de présenter les tendances qui seront à l'oeuvre dans l'avenir (extraites du livre de Gunter Pauli : "Soyons aussi intelligents que la nature"). 

7. En vous attelant à une tâche digne d'intérêt, vous parviendrez, grâce à votre ténacité et à votre intelligence, en des lieux encore inexplorés. Vous franchirez des obstacles réputés insurmontables. Vous obtiendrez des résultats inespérés. Vous finirez par dépasser vos aînés mais soyez audacieux et patients : il vous faudra persévérer après des échecs cuisants, ne pas renoncer trop vite, bien vous entourer, accepter de recevoir des conseils de plus anciens ou de plus expérimentés que vous ; vous lancer dans des aventures audacieuses en veillant à ne pas vous laisser abuser par des mirages à la mode. Cf. par exemple l'illusion courante de la start-up qui serait nécessairement florissante.

8. Dans un monde où les connexions se multiplient de manière exponentielle, ne restez pas dans un isolement morbide, celui qui conduit à dénigrer tout ce qui ne fait pas partie de son propre cercle et qui va même jusqu'à critiquer les personnes auxquelles nous devons le plus : des parents ou des éducateurs, certes imparfaits, mais pas plus que nous ne le serons un jour quand viendra notre tour d'exercer de telles responsabilités ; des amis fidèles qui savent nous alerter quand nous sommes aveugles et nous aider avec discrétion en nous prêtant main forte quand nous perdons pied. 

9. Ne prêtez pas l'oreille à ceux qui nous les rebattent par l'exaltation d'un passé soit disant glorieux en toutes choses et bien meilleur que le présent comme si la pente naturelle de l'odyssée humaine nous poussait vers un désastre annoncé. Non, aujourd'hui n'est pas pire qu'autrefois en de nombreux domaines (voir à ce sujet par exemple le paradoxe de la violence, étude statistique qui montre la réduction de la violence MANIFESTE dans le monde, c'est-à-dire sans tenir compte de la violence de l'avortement, violence dissimulée). Plus vous connaîtrez l'histoire des structures et des phénomènes qui nous entourent, plus vous serez libérés des préjugés mortifères qui paralysent l'esprit d'entreprise et tuent dans l'oeuf toute volonté d'affranchissement joyeux. Vous serez plus justes aussi à l'égard des personnes et des institutions qui ont oeuvré jusqu'ici car, au lieu de ne vous attacher qu'aux défauts, vous serez de plus en plus sensibles aux qualités du legs reçu. 

10. C'est en développant votre faculté d'admiration pour tout ce qui est digne d'être contemplé que vous éliminerez la tentation de vous attarder en vaines querelles, ces disputes qui démontrent plus d'ignorance qu'une réelle capacité de jugement ou de maîtrise de soi. Il faut du temps pour saisir les tenants et les aboutissants d'une situation et pour l'améliorer. Les gens pressés ne songent qu'à déceler des coupables et à leur faire rendre gorge. A force de dénoncer, ils sont devenus incapables de faire preuve de gratitude, de rendre grâce.

11. Admiratifs jour après jour, vous ne vous perdrez pas en vaines conquêtes, en courses aux profits à court terme au détriment des autres, en recherches effrénées de possessions nouvelles, en courses incessantes vers des buts sans aucun intérêt vital. Vous aurez la certitude tranquille que tout vous appartient, que tout s'offre à vous pourvu que votre désir soit assez grand pour accueillir les dons de chaque jour. En vérité, et ce n'est pas une simple figure de style, tout vous appartient, non pas en tant que propriétaires mais en tant que serviteurs, intendants de biens innombrables. Ouvrez les yeux, ouvrez grand vos oreilles, soyez curieux et vous découvrirez que chacun d'entre nous peut devenir riche de vrais trésors en se dépouillant de tout ce qui l'aveugle et l'empêche de voir où se trouvent les perles fines, toutes ces merveilles disposées à portée de main sur nos routes quotidiennes. Vous observerez même que nous vivons une époque éblouissante à certains égards tant elle multiplie les possibilités d'accéder à des biens immatériels de toute beauté, non seulement en facilitant l'accès direct aux merveilles accumulées par l'humanité au fil du temps mais encore en les rendant plus intelligibles et en nous permettant d'apporter, à notre tour, une contribution décisive à leur connaissance, à leur reconnaissance, à leur interprétation, à leur diffusion, à leur épanouissement et à leur croissance. En voici une magistrale illustration : la présentation par Daniel Barenboim de sa façon d'interpréter voire d'orchestrer les variations Goldberg de Jean-Sébatien Bach (vidéo de 90 minutes avec l'interprétation de l'oeuvre dans son intégralité, répétitions comprises).

12. Quand notre corps est gravement handicapé, nous pouvons dépasser cette situation et même en venir à faire, comme Alexandre Jollien, "l'éloge de la faiblesse". Que dire alors des possibilités offertes par un corps qui ne souffre pas d'atteintes invalidantes ? Elles sont à découvrir sans relâche puis à porter vers des sommets de simplicité, d'incandescence et d'unité où le moindre geste, la moindre parole témoigne de notre amour pour tous ceux que nous rencontrons au quotidien. En cherchant la perfection de la charité dans nos plus petites actions, nous sommes emportés dans un élan qui exclut tout recours à la violence. Devenus patients à l'égard de nous-même, nous le serons envers tous ceux qui ont besoin de temps pour atteindre un but que l'homme superficiel trouve ridicule.

13. S'il subsiste encore sur terre et en mer, au fond des océans et au milieu des déserts, de nombreux lieux encore inexplorés, la multitude des aventuriers qui ont sillonné notre planète et raconté leurs périples témoignent de l'intérêt de se mettre en marche pour passer d'un point à un autre ou bien pour demeurer loin des constructions humaines et de l'illusion d'une sécurité pourtant fragile. Rien de tel que de quitter quelques habitudes confortables pour s'ouvrir à l'inconnu et remettre en cause des schémas de pensée qui portent à l'inaction ou à l'agitation stérile alors que nos contemporains ont un besoin urgent de nos forces, de notre écoute, de notre compassion, de notre présence bienveillante et de notre curiosité intelligente. Rien de tel pour découvrir ce que la nature nous propose comme modèles high tech fascinants. Voir à ce propos :

Idriss Aberkane au sujet du biomémitisme.


14. Pour l'homme contemporain de bonne volonté, le passé est une source inépuisable d'inspirations et le souci de l'avenir le porte à ne jamais se laisser accabler par les défaites inévitables du court terme : il sait qu'en agissant avec droiture, il bâtit les fondations de nouvelles constructions et qu'il participe aussi à l'entretien des chefs d'oeuvre d'autrefois, que rien de ce qui est accompli avec amour ne se perd. Tôt ou tard, quelqu'un saura tirer profit de ses efforts les plus secrets pour avancer à son tour. Tout geste pensé et posé en vue de participer à l'oeuvre commune de l'humanité profite non seulement à ceux qui nous succèdent mais encore à ceux qui nous ont précédés : ceux-ci ne peuvent plus agir, sauf exceptions, de manière visible mais apprennent à travailler spirituellement selon la perfection de la charité c'est-à-dire par inspiration et non plus par contrainte forcée ; ceux-là auront ou ont encore la faculté d'oeuvrer de façon visible mais aussi invisible par la prière et ils disposent de plus en plus de moyens de communication pour connaître les voies les plus parfaites.

15. Libérés du souci de paraître, vous serez en mesure de poursuivre votre ascension vers les sommets sur lesquels une vue imprenable donne au regard d'embrasser la totalité du paysage, d'un problème à résoudre ou d'une situation à connaître sans qu'il s'égare dans les détails accessoires qui lui font perdre le tracé des grandes lignes. Le moindre zéphir ne déviera plus votre course et ne cassera plus votre élan. 

16. Soyez toujours assurés qu'en de nombreux lieux de la planète Terre d'autres jeunes aspirent comme vous à un monde meilleur et si vos proches vous déçoivent par leur attitude nihiliste, nombriliste et défaitiste, matérialiste, mercantile ou infantile, mettez vous en marche pour rencontrer ceux qui ont retroussé leurs manches, qu'ils aient votre âge ou qu'ils soient d'une autre génération : le coeur a ses raisons que la raison vieillissante ou maladive ne connaît pas. 

17. Jamais notre monde n'a offert autant de possibilités de venir en aide à ceux qui, laissés à eux-mêmes, ne pourraient s'en sortir seuls. Dès que vous prendrez part à une action collective qui oeuvre avec amour pour les plus pauvres, vous serez étonnés des trésors d'inventivité, de patience et d'abnégation qui se déploient jour après jour, de manière si discrète et si humble que le monde des paillettes et des illusions n'en a pas la moindre idée. 

18. Ceux d'entre vous qui sont déjà engagés auprès des laissés pour compte d'une course folle aux profits malhonnêtes ont découvert le "deux poids, deux mesures" que l'injustice des hommes entretient avec malice au bénéfice de quelques personnes juchées sur des hauteurs factices qui les hissent artificiellement au-dessus des autres hommes jusqu'au jour où elles chutent lourdement. 

19. Que le vice paraisse récompensé ou protégé en ce monde ne doit jamais vous détourner d'oeuvrer en secret pour un bien invisible mais bien réel. N'attendez pas d'être récompensés pour continuer à vous donner là où votre coeur profond vous appelle, là où votre conscience devient de plus en plus claire, là où le moindre sourire vous donne une joie sans partage, là où le sens de votre mission devient de plus en plus net même s'il vous faudra, un jour ou l'autre, traverser des zones de turbulences, des passages obscurs, des moments où tout vous semblera perdu ou à refaire.

20. Voyez grands, soyez magnanimes, soyez ambitieux mais sans prétentions excessives. Tenez compte de vos limites physiques en particulier. Votre corps a ses propres lois. Il est toujours risqué voire dangereux de les enfreindre. N'ayez jamais recours à des substances qui modifient sensiblement votre comportement, qu'il s'agisse d'alcools trop forts pour vous, de psychotropes ou de médicaments trop puissants pour la physiologie de votre corps. Beaucoup de jeunes se laissent entraîner dans des labyrinthes infernaux. Ils y perdent la maîtrise de leurs plus belles facultés et même des fonctions les plus élémentaires de leur organisme. Vous rencontrerez des personnes ravagées dès le plus jeune âge et handicapées par des dommages irréversibles en raison d'excès précoces, notamment avant la fin de leur croissance corporelle et avant le terme du processus majeur d'organisation neuronale (25 ans). Si vous avez l'impression d'avoir atteint un palier dans quelque performance que ce soit, interrogez-vous d'abord et longuement sur les causes de cet obstacle. Ne songez pas trop vite à l'anéantir et à le dépasser. Sans doute s'agit-il pour vous d'une alerte salutaire. Peut-être vous protège-t-il d'un accident ou d'un malheur irréversible. Sachez donc vous reposer. N'ayez pas honte de vous arrêter, de dire que vous ne pouvez pas dépasser telle ou telle limite dans l'immédiat. Apprenez à vous détendre. Les records obtenus par l'absorption d'adjuvants dangereux pour la santé ne valent rien. Ils sont plus que délictueux lorsqu'ils incitent d'autres personnes à les égaler ou même à les dépasser. Ce sont de véritables crimes car les défis qu'ils proposent sont contraires aux limites naturelles de tout corps fini.

21. Résistez aux messages qui vous font miroiter des succès faciles après vous avoir fait désirer des choses misérables, sans le moindre intérêt voire tout à fait nocives pour vous. Si le succès est bien d'obtenir ce que l'on désire, il n'y a aucune gloire véritable à obtenir ce qui n'exige aucun effort, aucune conquête, aucune ascèse. Distinguer bien succès et bonheur, ce bonheur qui est de me réjouir de ce que j'ai déjà avant même de penser obtenir autre chose. Une fois que je suis capable d'exprimer de la gratitude pour ce que j'ai, ce que j'ai reçu, ce que je reçois sans cesse, je peux commencer à éliminer le superflu, tout ce qui m'encombre, tout ce qui m'empêche d'avancer pas à pas, jour après jour. Une fois que j'aurai éliminé le superflu, il me faudra encore m'exercer à demeurer immobile, heureux d'être qui je suis même si, évidemment, je ne suis pas parfait ! Au lieu de perdre un temps fou à m'examiner sous toutes les coutures, à dénicher les défauts de la cuirasse, je penserai qu'il n'y a aucune honte à être vulnérable et imparfait. Nul n'est un surhomme invincible en dépit de ce qu'affirment tant de modèles illusoires. Plus j'essaierai de me blinder, plus je deviendrai fragile et manipulable. Il me faut, au contraire, prendre le temps de cultiver ma sensibilité. C'est elle qui m'alertera dans les situations où l'essentiel est en jeu. C'est grâce à ma sensibilité que je pourrai être réceptif aux signaux faibles de mon environnement, à tout ce bien d'origine divine qui ne fait pas de bruit mais qui m'alerte à toute heure pour m'aider à prendre de justes décisions, à m'engager sur un chemin qui en vaut la peine et à tenir avec courage dans les épreuves. C'est grâce à ta sensibilité que tu pourras entendre et vraiment écouter les appels de détresse d'autrui même lorsque celui-ci n'aura plus la force d'exprimer ses peines et ses besoins. Demeure fidèle dans tes engagements magnanimes, ceux qui dépassent la raison raisonnante par l'élan de leur ambition et, alors, tu verras des merveilles

Pour aller plus loin :  entretien de Thierry Casasnovas et de Mickaël Vendetta.

23. Au fil des jours, tu découvriras des savoirs élémentaires que l'on oublie si souvent d'enseigner : bien respirer, bien marcher, bien boire, bien se nourrir matériellement et spirituellement, bien mastiquer et bien assimiler ! (voir : gestes politiques à la portée de chacun d'entre nous sur : france2022.blogspot.fr/). Sans ces connaissances pratiques de base, nous percevons l'existence quotidienne comme un fardeau et la vieillesse comme un naufrage alors qu'avancer en âge peut être tout à fait réjouissant : bien des choses qui paraissaient effrayantes perdent leur pouvoir d'intimidation quand nous avons appris à les considérer avec assez de recul ; bien des choses qui nous paraissaient insignifiantes dans notre jeunesse auront fini par se révéler et auront réussi à nous sortir de nos aveuglements coupables. Ces "petites" choses auront même le pouvoir de nous émerveiller dans la mesure où nous aurons pris soin d'en apprendre le langage.

24. Ne vous laissez jamais impressionner par ceux qui doivent leur succès à des manigances et à des mensonges. Etre mondialement connu n'est pas un gage d'honnêteté, de beauté intérieure, de fiabilité ! Considérez avec beaucoup d'attention et de sympathie ceux qui ont dû affronter de grands obstacles, qui ont été pourchassés, combattus et torturés parce qu'ils avaient osé dire une vérité dérangeante pour leurs contemporains ou leurs bourreaux. Leurs exemples nous aident à ne pas perdre courage dans les épreuves. Vous en trouverez des exemples édifiants dans le livre : "Le leadership vertueux" d'Alexandre Dianine-Havard.

25. Depuis quarante ans, nous sommes, en France et dans bien d'autres pays, les rescapés d'un immense génocide qui a fauché un quart des générations montantes. Songer au suicide, à s'abrutir ou à se détruire, c'est prolonger ce gâchis abominable, c'est donner raison à tous ceux qui pensent que nous sommes déjà trop nombreux sur terre or toutes les pénuries que nous pouvons constater aujourd'hui ne tiennent pas au manque de produits ou de ressources mais à leur répartition injuste, à des conflits qui entravent la libre circulation des biens et des personnes, à des modes de production ou de consommation aberrants ou encore à des gaspillages multiples.

26. Renoncer à trouver sa place en ce monde, à chercher dans quelle mission je vais pouvoir épanouir mes talents et servir tous ceux qui attendent le déploiement de mon imagination et de mon énergie, c'est donner raison à tous ceux qui pensent que le monde serait voué à une inexorable décadence, à tous ceux qui ne raisonnent qu'en terme d'entropie parce qu'ils oublient que le vivant échappe en partie à la montée du désordre et à la destruction. Pour tout homme, la dégradation progressive de son corps physique n'est pas le dernier mot de son histoire. Même pour celui qui n'ose pas croire en un au-delà pour lui-même, subsistera l'empreinte de son passage sur terre, non seulement par le témoignage de ses oeuvres aussi modestes soient-elles mais encore par le retentissement de ses actes et de ses pensées à travers les générations qui lui furent contemporaines.

27. Chaque fois que je m'enferme dans des visions à court terme, j'ai intérêt à porter mon regard plus loin et à penser en terme d'immortalité : même si je ne devais pas ressusciter un jour, tout ce que j'entreprends en résistant à l'air du temps maussade, tout ce que je fais avec amour a une valeur d'éternité et pourra nourrir des générations d'hommes et de femmes (voir à ce propos : "réfléchir c'est résister à soi-même" - Entretien avec Olivier Houdé). Il suffit de songer aux répercussions toujours actuelles des travaux, des découvertes, des écrits, des réalisations de la Préhistoire, de l'Antiquité ou du Moyen-Agen pour mesurer à quel point chacun d'entre nous fait partie d'une longue chaîne de vivants qui oeuvrent les uns pour les autres. En se découvrant chaque jour davantage héritiers d'un monde ancien, nous prenons conscience de notre rôle de témoin, de trait d'union entre un passé et un avenir reliés par d'innombrables fils, les fils et les filles du Très-Haut qui ne redoutent pas d'être un parmi des myriades d'êtres humains, chacun à sa juste place, même quand toutes les apparences semblent anéantir tout espoir de trouver un jour où se situer : rivés à nos tâches quotidiennes, il nous est impossible d'avoir une connaissance parfaite de l'harmonie de l'ensemble, de cette mosaïque humaine dont la splendeur intégrale échappe à notre regard purement terrestre.

28. Ce regard capable de prendre du recul, de changer de point de vue, de prendre assez de hauteur est pourtant encouragé par les progrès techniques qui modifient en profondeur notre environnement. La Toile, par exemple, n'est pas seulement un monde virtuel. Elle est le témoin vivant de l'incessante activité des hommes. Pour qui veut bien prendre le temps d'explorer ses ressources captivantes, la Toile offre un panorama saisissant d'un monde en effervescence où s'entrechoquent les idées et les points de vue, non pas seulement en vain comme le croient les esprits sceptiques mais afin que chacun trouve un jour un chemin qui le conduira en des lieux inattendus et l'entraînera dans une aventure qui le transformera à tel point que ses proches seront étonnés de le voir passer du statut de vieil homme à celui d'homme neuf. La Toile est neutre. Elle peut enfermer l'un dans des pièges redoutables et libérer un autre des entraves qui l'immobilisaient. S'y côtoient le pire et le meilleur puisqu'elle résulte des activités humaines. A chacun de se tenir à la distance qui lui permettra d'aller plus loin, de rester libre de toute idolâtrie. Voir en particulier : "Pourquoi deviennent-ils djihadistes ?" sur le blog : france2022.blogspot.fr/

29. Les possibilités croissantes du virtuel risquent cependant de nous éloigner dramatiquement du réel, des choses, des corps en chair et en os, du vivant et de ses aléas, de l'incertitude stimulante. Le risque est grand de s'enfermer dans des routines rassurantes, dans des schémas addictifs qui nous abstraient d'une réalité rugueuse. On commence certes par se droguer en groupe quand on n'ose pas se lancer seul ou par effet d'entraînement mais on finit tôt ou tard dans l'isolement le plus complet, rejeté d'abord par un entourage qui n'en peut plus de notre apathie ou de nos troubles du comportement, puis marginalisé par tout un chacun, des voisins, des collègues de travail, des camarades et même des amis, des passants ... qui ont d'autres chats à fouetter que de nous tendre la main. Dans un monde en quête de performances individuelles excessives, les "bien-portants" se délestent vite de tous ceux qu'ils perçoivent comme des boulets : ils leur préfèrent quelques soumis de bonne composition et capables de bosser pour eux. Caricature, certes, mais esquisse d'un monde où l'homme devient un loup pour l'homme dès lors que chacun s'enferme dans une bulle protectrice pour ne pas voir, ne pas entendre, ne pas sentir et ne pas toucher ce qui se passe à deux pas de lui-même.

30. Héritiers d'un monde en gestation, qui souffre des douleurs de l'enfantement, vous pouvez apporter cette puissance qui fait défaut à tous ceux qui s'endorment et se résignent à la casse des plus faibles, des hors compétition, des perdants et des laissés pour compte. Il ne s'agit pas seulement de s'indigner ou de se révolter en paroles mais de retrousser vos manches et de vous mettre en marche pour venir en aide, porter secours là où vous transportera l'accomplissement de votre "légende personnelle" (cf. "L'Alchimistede Paulo Coelho) sans fard et sans tricherie. Chacun d'entre vous est porteur d'un message d'Espérance tout au fond de son coeur. Il lui appartient d'en décoder les secrets les plus intimes pour révéler au monde un visage inattendu de l'Amour en actes. Chacun a le pouvoir de transformer le plomb d'une existence morne et insipide en l'or d'une vie exaltante et intrépide, parfois sous des dehors bien ordinaires, mais cela ne se fait pas en un seul jour même si une seule décision prise au bon moment y contribuera grandement. Le surgissement d'un choix radical et salutaire adviendra subitement dès lors qu'il aura mûri longuement dans les profondeurs d'une âme en quête de lumière, de vérité, de beauté et de fraternité.

31. Dépositaires des trésors d'un monde ancien, vous avez subi, vous subissez et vous subirez les conséquences des erreurs de vos prédécesseurs. L'admiration pour les merveilles du passé n'exclut pas de critiquer à bon escient tout ce qui exerce encore son pouvoir de nuisance. Le combat que vous mènerez pour réduire l'influence des positions  ou des choix nuisibles et leurs méfaits sera d'autant plus sain et juste, efficace et fructueux, efficient et fertile que vous éviterez de chercher des coupables faciles, ceux que les foules en colère et que les vautours organisés en bande se plaisent à désigner à la vindicte populaire. Prenez le temps d'analyser ce qui vous paraît néfaste. Vous découvrirez des causes profondes et cachées. Cela vous évitera de n'agir qu'en surface sur de simples symptômes ou pour ne contrer que des risques imaginaires. Voir par exemple à ce sujet : "La fabrique de malades" du docteur Sauveur Boukris ou "Alertes grippales" du docteur Marc Girard.

32. Par votre dynamisme et par votre goût de vivre, par votre esprit d'entreprise et votre insouciance, par votre audace et votre générosité, par votre Foi, votre Espérance et votre Charité, vous parviendrez à renverser la tendance mortifère qui s'est installée en de nombreux endroits de la planète, en Europe et notamment en France, tendance qui conduit aujourd'hui beaucoup d'hommes et de femmes à choisir la mort d'un tout petit avant sa naissance sous prétexte que son existence entière serait menacée par des conditions initiales trop incertaines, sous prétexte que sa venue au monde mettrait en péril ce qui existe déjà, comme si toute nouvelle naissance ne portait en elle des trésors insoupçonnés qui sont capables de prodiges, lorsqu'ils sont acceptés avec gratitude. Raisonner sans en tenir compte, c'est se tromper immanquablement sur le génie de la Providence : là où la désespérance paraît l'emporter, la Providence parvient à retourner les situations pourvu qu'Elle soit invoquée et suivie à travers les signes qu'Elle ne manque jamais d'offrir à qui les Lui demande. L'enfant à naître, comme la graine en train de germer, apporte toujours des provisions utiles à son développement et à sa sauvegarde, à moins que nous choisissions de contrer violemment le cours de son existence.

33. Rappelez-vous sans cesse qu'il n'y a pas d'avortement heureux et que la souffrance arrive tôt ou tard, parfois des dizaines d'années après. Ne vous fiez jamais à ceux qui prétendent qu'un tel acte est anodin car s'il peut passer inaperçu, ce qu'il engendre de douleurs et de souffrances ne reste jamais contenu : plus ses conséquences tardent à se manifester, plus elles risquent de surgir là où on ne les attendait pas du tout et quand elles n'arrivent pas à s'exprimer en paroles, elles le font en maux corporels et spirituels. Mère Teresa disait justement que l'IVG ne détruit pas une seule vie mais deux : celle de la mère et celle de l'enfant. Seul l'Amour incarné arrive alors à redonner vie à l'un et à l'autre, au prix d'un travail considérable. Voir à ce propos l'Encyclique de Jean-Paul II : "Evangelium vitae".

34. Où que vous soyez, vos pensées, vos paroles, vos attitudes et vos actions en faveur d'une vie menacée par de nombreux intérêts bassement utilitaristes et mercantiles ou par des visées malthusiennes porteront remède à des situations d'apparence désespérée. Elles éviteront aussi la mort d'une personne sans défense, d'un petit que même sa "mère" était prête à supprimer tel un simple gêneur.

35. Aujourd'hui comme hier, d'innombrables défis vous attendent. Ils solliciteront toutes vos facultés et mobiliseront toutes vos énergies dès lors que vous aurez l'audace et le courage de les relever. Certains défis sont bien connus : respect de l'environnement, des sols, de l'air, de la biodiversité, ... ; gestion de l'eau et des ressources terrestres ; dépollution ; production et distribution d'une nourriture saine ; développement de l'accès à des soins intelligents ; passage d'une économie matérielle à une économie de plus en plus immatérielle ; innovation technique ; ... Cependant bien d'autres défis majeurs vous attendent pour devenir d'authentiques témoins entre deux mondes, celui qui vous a précédés et celui qui vous succédera. Comment discerner ce qui vaut la peine d'être gardé, ce qu'il vaut mieux abandonner et ce qui doit être préparé ? Vaste question qui demande à chacun d'entre nous de savoir faire le tri jour après jour, de savoir se renouveler sans pour autant rejeter tout l'acquis. Chantier exigeant et immense du discernement personnel qui demande d'aller au-delà des apparences et de chercher au fond de soi-même les raisons ultimes de tel ou tel choix. Nous pouvons certes tourner autour du pot pendant un long moment mais vient toujours l'instant d'une décision radicale qui engage l'avenir de manière irréversible. Suis-je prêt à m'engager sans espoir de retour ? Suis-je en mesure d'assumer les conséquences de mes choix sans aller accuser tel ou tel de m'avoir fourvoyé, de m'avoir trompé, de ne pas m'avoir averti ... ?

36. Quand je "choisis" de prendre une substance qui modifie mon comportement, je dois savoir qu'elle a d'autres effets fonctionnels et structurels : elle atteint la physiologie de mon corps et le transforme même dans son organisation de sorte qu'il peut arriver un jour où je perdrai les commandes, où je ne serai plus maître de mes décisions, où des automatismes me feront agir contre ma propre volonté, contre ma propre intégrité, contre des proches, contre des personnes complètement innocentes de mes malheurs. Ce jour-là, si je ne rencontre personne en chemin pour m'aider en véritable ami, je serai à la merci de n'importe quelle petite frappe mal intentionnée qui aura tôt fait d'abuser de ma faiblesse et de me plonger dans une détresse bien pire que celle qui m'avait conduit(e) à sortir des sentiers battus juste pour voir, juste pour essayer, juste pour m'évader d'un quotidien trop morne ou d'un passé accablant.

37. Nos prédécesseurs nous ont laissé des signes manifestes de la hardiesse des hommes capables de se lancer dans des chantiers titanesques. Ainsi en témoigne l'ouvrage paru en 1973 à Milan, en Italie sous le titre : "Grandi lavori dell'uomo", et en France chez Casterman sous le titre : "Les grands travaux de l'humanité". 


Afficher l'image d'origine


Y sont exposés et illustrés les récits époustouflants de la construction des Pyramides d'Egypte, de la Grande Muraille de Chine, des Voies romaines, du Transcontinental, du Canal de Suez, du Tunnel du Simplon ainsi que la pose du Câble transatlantique et que l'assèchement du Zuidersee, autant de témoignages qui nous invitent à ne pas baisser les bras puisque d'autres chantiers encore plus vastes nous attendent.

38. Alors que s'ouvrent aujourd'hui, 26 juillet 2016, en la fête de Ste Anne, les JMJ de Cracovie en Pologne, cette lettre se poursuit pour vous inviter à considérer de nouveau et sans vous lasser, sans vous décourager, les nombreux défis qui vous attendent. Une seule image, celle des bidonvilles du Caire et de tant d'autres mégalopoles, suffira pour en donner l'ampleur. 

Afficher l'image d'origine 

Il reste encore beaucoup de travail à accomplir pour que des millions d'êtres humains vivent dans des conditions au moins décentes. Ce travail a déjà été accompli dans certains pays comme la France après la seconde guerre mondiale. Ce qui a été possible autrefois ne l'est pas moins aujourd'hui. C'est une question de volonté et de perception : ne pas considérer l'état de délabrement des habitats comme une fatalité, cesser de considérer les hommes comme des êtres de trop sur une planète qui serait soit disant trop petite et agir pour donner à chacun une part vraiment digne d'une terre capable d'accueillir des dizaines de milliards d'êtres humains à la condition qu'un petit nombre ne confisque pas les ressources destinées à tous.

39. Tandis que d'immenses défis scientifiques vous attendent, gardez comme un trésor et un avertissement précieux ces mots d'un grand savant : 

"Défie-toi de ton esprit ; il t'a si souvent trompé ! Comment pourrais-tu encore compter sur lui ? Quand tu t'efforçais de devenir philosophe, tu sentais déjà combien est vain cet esprit qui consiste en une certaine facilité à produire des pensées brillantes. Aujourd'hui que tu aspires à devenir chrétien, ne sens-tu pas qu'il n'y a de bon esprit que celui qui vient de Dieu ? L'esprit qui nous éloigne de Dieu, l'esprit qui nous détourne du vrai bien, quelque pénétrant, quelque agréable, quelque habile qu'il soit pour nous procurer des bien corruptibles, n'est qu'un esprit d'illusion et d'égarement. L'esprit n'est fait que pour nous conduire à la vérité et au souverain bien. Heureux l'homme qui se dépouille pour en être revêtu ! Qui foule aux pieds la vaine sagesse pour posséder celle de Dieu. Méprise l'esprit autant que le monde l'estime ; ne conforme pas tes idées à celles du monde, si tu veux qu'elles soient conformes à la vérité. La doctrine du monde est une doctrine de perdition. Il faut devenir simple, humble, et entièrement détaché avec les hommes ; il faut devenir calme, recueilli et point raisonneur avec Dieu. La figure de ce monde passe ! Si tu te nourris de ses vanités, tu passeras comme elle. Mais la vérité de Dieu demeure éternellement ; si tu t'en nourris, tu seras permanent comme elle. Mon Dieu ! que sont toutes ces sciences, tous ces raisonnements, toutes ces découvertes du génie, toutes ces vastes conceptions que le monde admire et dont la curiosité se repaît si avidement ? En vérité rien que de pures vanités. Etudie cependant, mais sans aucun empressement. Que la chaleur déjà à demi éteinte de ton âme te serve à des objets moins frivoles. Ne la consume pas à de semblables vanités. Prends garde de ne pas te laisser préoccuper par  les sciences comme ces jours passés. Travaille en esprit d'oraison. Etudie les choses de ce monde, c'est le devoir de ton état, mais ne les regarde que d'un oeil ; que ton autre oeil soit constamment fixé vers la lumière éternelle. Ecoute les savants, mais ne les écoute que d'une oreille. Que l'autre soit toujours prête à recevoir les doux accents de la voix de ton ami céleste. Ne te sers que d'une main. De  l'autre tiens-toi au vêtement de Dieu comme un enfant se tient attaché au vêtement de son père. Sans cette précaution, tu te briserais infailliblement la tête contre quelque pierre. Que je me souvienne toujours de ce que dit saint Paul : "Usez de ce monde comme n'en usant pas." Que mon âme, à partir d'aujourd'hui, reste ainsi unie à Dieu et à Jésus-Christ. Bénissez-moi mon Dieu !" 

Ampère, "La Science et la Foi", Librairie Grasset, 1936, p.134.


40. L'ampleur des nombreux défis qui vous attendent risque de vous décourager lorsque vos faiblesses se manifestent et vous font éprouver votre petitesse et même votre nullité voire votre néant. Arrêtez-vous un instant pour ne pas en rester à un constat d'échec, aussi patent soit-il. "Je suis nul", "je ne vaux rien", "jamais je n'y arriverai", ... autant de raisons d'écrire une longue suite de zéros : 0000 ... Que manque-t-il ? Un chose toute simple : l'unité. Celle que je peux acquérir en demeurant en communion avec Dieu (et toute l'humanité, sans exclure quiconque, même mon pire ennemi). J'écrirai alors le chiffre "1" devant cette suite de nullités et, plus je serai nul, faible, ..., plus je serai humble, plus j'obtiendrai un grand nombre : 1000000 ... Plus aucun défi ne me rebutera ni ne me découragera : avec Dieu, avec tous les hommes considérés comme des frères (fils d'un même Père), comme des alliés, je sais que nous vaincrons ensemble tous les obstacles qui nous empêchent encore de vivre en paix, dans le droit et la justice, en pardonnant et en osant demander pardon.


41. Parmi les défis les plus redoutables, il en est un dont se gaussent quelques esprits "supérieurs" : apprendre à me connaître et accepter de voir ce que j'entrevois de moi-même et de mes relations avec les autres à un instant donné (A ce propos : voir la fenêtre de Johari). Demain je verrai autre chose et chaque jour qui passe m'apportera un nouvel éclairage. Si je n'en reste pas à mes petites vues, si je consens à me laisser regarder par d'autres, si je me laisse éclairer de l'intérieur par l'Insaisissable, le Tout Autre, je découvrirai que tout regard vrai ne m'enferme pas dans telle ou telle catégorie mais m'invite à sortir de l'immobilisme et de la mise en boîte pour entrer dans un profond mouvement de conversion afin de trouver peu à peu l'attitude juste en toutes circonstances, celle qui s'accorde à la volonté divine, celle qui révèle le visage de l'Amour et l'étendue de toutes ses perfections. Je ferai enfin l'expérience d'un retournement jubilatoire : la joie n'est pas illusion et la vérité n'est pas triste. C'est l'inverse ! La vérité est source de joie et l'illusion rend triste. 

(cf. à ce sujet les écrits d'André Comte Sponville. En particulier son "Petit traité des grandes vertus".)


42La connaissance vraie, authentique, féconde suppose d'être attentif à ce qui ne saute pas aux yeux, à la part invisible qui constitue toute chose, toute réalité, en veillant à ne pas séparer de manière artificielle et finalement stérile la part visible de celle qui ne le serait pas. Georges Bernanos exprime cela de façon saisissante à propos de l'Eglise : "On a tort de raisonner comme si l’Eglise visible et l’Eglise invisible étaient en réalité deux Eglises, alors que l’Eglise visible est ce que nous pouvons voir de l’Eglise invisible, et cette part visible de l’Eglise invisible varie avec chacun de nous.



Aucun commentaire: