TRANSLATE

dimanche 27 juin 2010

La nécessité de la prière


                                               "Nous avions mérité de ne pas prier ;
                mais Dieu, dans sa bonté, nous a permis de Lui parler."

Saint Curé d'Ars


"Prier, ce n'est pas tout. Il faut prier en action."

Sainte Marie-Eugénie de Jésus


Prier peut être présenté comme une obligation morale : louer son Créateur, le remercier pour ses bienfaits, l'invoquer pour un secours, ... quoi de plus normal et d'élémentaire, semble-t-il, pour celui qui croit en l'existence de Dieu. Ici, nous allons nous situer sur un autre plan puisque nous évoquerons la prière en lien avec l'action politique. Sur ce plan, nous n'aborderons que la prière personnelle, secrète, non ostentatoire.


Chacun est en mesure de se dire : "Que je pense ou que j'agisse, je finis toujours par découvrir les limites de mon propre entendement". La confrontation avec d'autres intelligences apporte parfois un supplément de lumière quand il nous arrive de ne pas savoir par où commencer, de ne pas savoir comment poursuivre ou achever un travail.


Par "limites de l'entendement", nous n'entendons pas seulement : "limites de la raison". Ce serait courir le risque de réduire la prière à un dépassement de la raison : chaque fois que notre raison serait en panne, nous n'aurions plus qu'à prier.

Dans l'opposition classique entre foi et raison et dans les tentatives de réconciliation, il manque le plus souvent une définition claire de ce que l'on entend par raison. Nous proposons ici d'en limiter le sens en s'inspirant de sa signification mathématique : la raison, faculté de l'intelligence parmi d'autres, nous fait progresser, avancer pas à pas sur un chemin déjà balisé. Il devient alors évident que cette seule faculté ne suffit pas. Il manque au moins une faculté d'orientation, celle qui permet de choisir le chemin sur lequel s'engager. Creuser les distinctions montre que l'intelligence humaine est multiforme. En voici une parmi d'autres : l'intelligence humaine est à la fois mélodique et harmonique. Quand elle est puissamment mélodique, nous percevons dans son expression des facilités et des merveilles qui nous surprennent. Quand elle se déploie harmoniquement, nous sommes fascinés par la profondeur de ses accords. Mélodique, elle nous entraîne. Harmonique, elle nous invite à la contemplation.

Que l'on pense ou que l'on agisse, on finit de surcroît par découvrir les limites de sa volonté. Etre persuadé du bien fondé de s'engager sur un chemin et d'y progresser ne suffit pas pour le parcourir, s'y maintenir, aller jusqu'au bout, dépasser les obstacles, ... : il y faut des sursauts de volonté, de la ténacité, de la hardiesse, du courage, ... Les circonstances ne manquent pas qui vous apprennent ou vous rappellent que vous n'êtes pas un surhomme.

En se présentant comme nouveau candidat, quel opposant au pouvoir en place montrera aux électeurs cette grandeur d'âme qui ne cède pas à la facilité d'une critique outrageante, hystérique ou simplement excessive voire mensongère ? Il est certain que l'époque contemporaine laminera tous les politiques qui verseront dans l'outrance et se révèleront incapables d'établir un bilan critique qui soit à la fois juste, complet et non partisan. Engagé dans le combat des idées, enivré par la quête du pouvoir, le politique qui ne prie pas demeure incapable de formuler des critiques pertinentes : il se laisse emporter par la vindicte et il passe son temps à dénoncer. La prière incessante redonne au coeur tourmenté le sens de la louange et de l'admiration. Elle lui apprend aussi à juger avec sagesse, à critiquer intelligemment et de manière constructive.

Pour faire entrer concrètement la louange dans l'action politique, nous pouvons compter sur la bonne volonté des âmes qui comprennent mais nous devons aussi prévoir des dispositions pratiques qui contraindront les plus récalcitrants. Il s'agit, ni plus ni moins, de modifier en profondeur la façon de conquérir les places fortes de notre démocratie élective. Chaque prétendant à un trône quelconque sera désormais tenu d'établir un vrai bilan de l'action de celui qu'il a l'intention de remplacer : un bilan qui n'omettra pas de signaler les points positifs et qui, pour chaque point qu'il aura perçu comme négatif, précisera les mesures qu'il entend prendre à l'avenir pour remédier aux carences qu'il aura relevées. C'est évidemment beaucoup plus contraignant et difficile que de se livrer à un pilonnage abusif ou mensonger des positions adverses. Cela est même au-dessus des forces de tout politique qui n'aurait pas l'habitude de se recueillir en silence et de prier dans le secret.

L'esprit qui s'est fortifié dans la prière perçoit la réalité avec une acuité et une bienveillance qui éloignent de lui la tentation d'accuser : conscient de la complexité du réel et des forces qui sont en jeu, il se garde de séparer les hommes en bons et en méchants ; il laisse à Dieu la faculté de juger en dernier ressort. Il cherche au contraire à imiter la miséricorde divine.

Si la réception de l'héritage - sa perception et la façon d'en parler - exige d'être assidu à la prière, sa transformation demande tant de lumières que nul ne peut espérer y contribuer sans redoubler d'efforts dans l'écoute des paroles dont le sens dépasse l'entendement humain. L'action politique tire sa noblesse de son adhésion à un projet qui embrasse toute l'humanité. Au fur et à mesure que la terre se peuple et que les interactions entre les pays s'intensifient, comment s'imaginer que la conduite des affaires publiques puissent encore échoir à des personnes qui ne prennent pas le temps d'élargir leur conscience aux dimensions de la planète et de l'univers ? Ceux qui se perdent dans la misère de l'accusation à outrance, de la médisance ou de la calomnie, comment peuvent-ils espérer se voir confier des missions qui exigent un regard d'amour universel et une compassion de chaque instant ?

Un esprit simplement raisonnable a le droit de contester l'existence d'un projet auquel l'action politique aurait à participer : comment la raison, seule, serait-elle capable, sans le secours de la prière, de découvrir les enjeux, l'étendue, les tenants et les aboutissants de ce projet ? Dès qu'un être doué d'intelligence se donne la peine d'entrer sur le chemin de la prière, il découvre sa double appartenance : d'une part, il est de son temps, en un lieu donné, membre d'une communauté terrestre ; il appartient d'autre part à un monde où se tissent, sur la trame des jours, des liens invisibles. La frontière entre terre et ciel n'est pas une ligne de séparation entre deux réalités étrangères l'une à l'autre. Une seule vie anime ces deux royaumes même si elle se déploie selon des modalités différentes.

Assidu et fidèle à la prière, le coeur de l'homme échappe aux pièges de la volonté de puissance et résiste au démon de l'accusation.

Pour aller plus loin : http://jesusmarie.free.fr

Aucun commentaire: