TRANSLATE

jeudi 26 septembre 2019

France 2022 : La bataille des Municipales à Paris et ailleurs



« À force de voir et d’entendre tellement de choses, 
la plupart des gens finissent par être saturés, blasés. 
Ils laissent glisser leur attention 
sans jamais s’arrêter nulle part, 
et rien ne s’imprime plus sur eux : 
ils regardent sans voir, ils écoutent sans entendre. 

C’est l’habitude qui gouverne leur vie 
et il n’y a rien de plus pernicieux 
que de se laisser gouverner par l’habitude : 
le cerveau se ramollit.

En réalité, la seule habitude à prendre, 
c’est de ne s’habituer à rien, 
et de toujours porter un regard neuf, 
une attention nouvelle 
sur les idées, les êtres, les objets. 
Observez-les, étudiez-les 
comme si vous les rencontriez pour la première fois : 
vous découvrirez alors les liens qui existent entre eux, 
et quelque chose de la vie de l’univers 
se révélera à vous. 

De temps à autre, 
efforcez-vous aussi de respirer 
et de manger 
comme si c’était la première fois. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov


"By seeing and hearing so much, most people end up being saturated, jaded.They let their attention slip without ever stopping anywhere and nothing is more impressed on them: they look without seeing, they listen without hearing. It's the habit that governs their lives and there is nothing more pernicious than to let oneself be governed by habit: the brain softens. In reality, the only habit to take, it is to get used to nothing, and always look new, new attention on ideas, beings, objects. Observe them, study them as if you meet them for the first time: you will discover the links that exist between them, and something of the life of the universe will be revealed to you. Sometimes, also try to breathe and eat as if it was the first time. "

Omraam Mikhael Aivanhov



"Plus je m'exerce, plus j'ai de la chance."






En souvenir de Jacques Chirac,
jeudi 26 septembre 2019

Cette tribune prépare une lettre ouverte qui sera adressée à tous les maires de France.

Tandis que de nombreux maires de France se demandent s'ils vont repartir au combat, notre capitale reste convoitée ! Les candidats au trône parisien se multiplient ... donnant l'illusion d'une pluralité d'opinions, d'engagements, de promesses et de projets, tandis que, déjà, certains se sont entendus en secret pour se retrouver au second tour ... sinon de bonne grâce du moins pour faire avancer leur train de réformes douteuses et continuer à mettre dans la rue de plus en plus de citoyens, à l'image de l'Assemblée Nationale et du Gouvernement en place.

De mémoire d'homme en effet, nous n'avons jamais vu un pouvoir national aussi indigent et stérile provoquer autant de mouvements de protestation sans même avoir effleuré les questions les plus brûlantes de l'heure ! 

Double record d'impopularité et d'inefficacité ! Il est probable que le gouvernement Edouard Philippe soit en train de vivre ces derniers jours : la réforme bioéthique si controversée n'emporte guère l'adhésion du peuple français, en dépit de ce qu'affirment ses promoteurs car il s'agit non seulement d'un bouleversement anthropologique grotesque et sulfureux mais encore d'une nouvelle tentative, une de trop, pour détourner l'attention des citoyens. La réforme prévue va s'enliser et entraîner des retards considérables quant au traitement des vrais enjeux du moment.

En maints lieux de France, nos édiles peinent à faire front. La marée montante des pauvretés, qui pourra l'endiguer ? Certainement pas les châteaux de sable que bâtissent des politiques complètement déboussolés par la multitude des changements en cours et des politiques sans assise solide, non seulement électorale mais économique, philosophique, scientifique, managériale, religieuse et spirituelle. Des parlementaires, députés surtout, de plus en plus nombreux en paient lourdement le prix : ils sont devenus la cible favorite de citoyens en colère qui en ont assez qu'on les prenne pour des andouilles ; qui en ont marre de voir leurs représentants élus s'occuper d'affaires secondaires tout en délaissant le plus urgent, quitte à mentir sur toute la ligne, sur le fond et sur la forme !

A Paris, deux sortes de sable coexistent : celui des travaux de construction qui circule sur la Seine et celui qui recouvre l'été les quais du fleuve. L'un pour des travaux de force et de long terme. L'autre pour la détente et pour un temps éphémère. Le citoyen ordinaire se frotte les yeux chaque matin et se demande pourquoi les élus de la Nation sont devenus des marchands de sable. Les plus avertis le savent : à force de fricoter avec le monde des paillettes et des strass, beaucoup d'élites ont pris des chemins de traverse. Elles ne songent plus qu'au spectacle à produire, qu'à user d'artifices douteux pour en mettre plein la vue or cela n'a qu'un temps : quand les travailleurs et tous les laissés pour compte d'une société à la dérive se réveillent, ils s'aperçoivent qu'on a cherché à les duper, à les amuser et à les tromper et qu'en même temps, les "artistes" et les pitres d'un milieu politico-artistico-médiatico-mégalo se sont enrichis tandis qu'ils ont appauvri les corps intermédiaires de la France.

Au pied de la Tour Eiffel et alentour, une lutte sourde complique singulièrement la gestion de la Ville lumière (?) : les uns sont de passage pour une nuit ou quelques jours ; les autres demeurent là, vivent ici, y travaillent ou profitent des nombreux attraits de la capitale. Cette division ne dessine pas deux camps bien nets car d'autres critères établissent des partages différents : d'un côté ceux qui ont le temps de s'arrêter, de l'autre ceux qui doivent courir ; d'un côté ceux qui ont les moyens de s'y loger ; de l'autre ceux qui passent deux heures et davantage dans les transports pour y venir travailler ...

Vaste chantier que cette ville de Paris ! D'une telle complexité qu'il dépasse les capacités ordinaires d'un être humain. Quel génie serait capable d'embrasser d'un seul regard la multitude des problèmes que posent l'entretien et l'embellissement, la surveillance et la défense, le développement et le rayonnement de Paris ? Quel génie serait capable de rester à l'écoute des plaintes innombrables qui s'élèvent dans Paris, des experts qui se contredisent, des conseillers plus ou moins compétents qui s'affrontent, des voix célestes, des attentes légitimes qui osent s'exprimer ou qui n'arrivent pas à se frayer un passage, des revendications régionales, nationales et  internationales, des demandes des maires d'arrondissement ...

Paris, foyer potentiel d'insurrection. Paris, chaudron toujours prêt à déborder. Paris, marmite où se mêlent le bon grain et l'ivraie. Paris où se côtoient l'élégance la plus raffinée et la saleté la plus crasse. Paris fascinant et déroutant ...

Paris qui paraît surtout loin de tous ces territoires abandonnés par une république frileuse, repliée sur elle-même, paralysée par l'ampleur des bouleversements terrestres et, comble de l'ironie, où les représentants de la Nation perdent un temps fou à filtrer le moucheron et à laisser passer le chameau ; à traiter de sujets qui concernent une infime partie bruyante de la population telle que la PMA sans père tandis qu'ils négligent les difficultés quotidiennes rencontrées par la grande majorité silencieuse des personnes vivant en France et notamment par les générations montantes, d'abord décimées par une politique abortive scandaleuse puis privées de figures paternelles ou maternelles quand ce n'est pas d'eau, d'air, de nourriture, de logement ...  de bonne qualité.

Oui, la PMA envisagée prive l'enfant et de père et de mère. Le priver de père est devenu très à la mode depuis qu'une fausse émancipation est venue faire croire à de nombreuses personnes que l'absence d'un homme au foyer est préférable et finalement souhaitable : l'être masculin serait en effet le principal fauteur de trouble dans les familles et l'auteur de toutes les violences. C'est évidemment bien mal connaître la vie intime des familles et oublier, en toute hâte, les violences commises par certaines femmes, si ce n'est manu militari, du moins en paroles, par attitudes, trahison, abandon, moqueries, humiliations ... La PMA envisagée prive aussi l'enfant de mère puisqu'une femme devient mère par le jeu subtil des interactions avec son époux ou son compagnon (comme lui-même devient pleinement père par l'espace que veut bien lui accorder son épouse ou sa compagne).

L'actuelle volonté du Gouvernement et de l'Assemblée Nationale d'instaurer une PMA sans père est l'emblème par excellence d'un désordre majeur qui touche de plein fouet des élites en perdition. Elles ne savent plus qu'inventer pour éradiquer père et mère de la vue de l'enfant, pour anéantir les corps intermédiaires de la nation et elles prétendent être en mesure de résoudre les immenses problèmes de l'heure ! Elles ne savent pas ce qu'être parents - homme et femme - signifie et elles ont le culot de confier les destinées de la petite enfance à une commission d'experts après avoir mis en place une politique vaccinale, brutale et même dictatoriale, sans prendre la peine d'écouter les avis contraires, les mises en garde et les témoignages qui battent en brèche les arguments des groupes d'intérêts pharmaceutiques et des médecins à leur solde.


Vendredi 27 septembre 2019
Saint Vincent de Paul

C'est dans ce contexte délirant que s'ouvre en France la campagne des municipales de 2020. Contexte de surdité quasi généralisée où beaucoup se gargarisent du mot "communication" mais oublient d'ouvrir l'oreille pour entendre, écouter et comprendre la détresse de tous ceux qui sont fauchés par des politiques aberrantes. Dans ce contexte passablement dégradé, il ne manque pas de "beaux" esprits qui se gaussent des cris d'alarme lancés par Greta Thurnberg et qui, dans le même temps, se plaisent ou se plairont à rappeler que, dès 2002, Jacques Chirac lançait à Johannesburg : "Notre maison brûle et nous regardons ailleurs". Surdité, aveuglement. Deux mots qui, 2000 ans auparavant en Palestine, ont marqué les esprits. Le Christ les a souvent employés pour qualifier l'attitude de fermeture qui présidait à l'accueil de ses paroles et de ses gestes tant il est vrai que tout prophète risque, un jour ou l'autre, d'être la risée des bien pensants et victime de potentats dérangés dans leurs prérogatives.

Comme tout baptisé, le futur maire de Paris ne doit pas seulement être génial mais, plus encore : prêtre, prophète et roi. Trois termes qui orientent la triple mission d'un évêque : sanctifier, enseigner et gouverner. Force est de constater qu'en se cantonnant trop souvent au troisième volet de ce triptyque, la mairie centrale de Paris s'est enlisée dans des options douteuses et des choix contestables.

Le futur maire de Paris, comme tout autre maire de France, aura toujours intérêt, au contraire, à placer les questions de gouvernement en troisième position : une saine gestion des affaires municipales, le développement judicieux d'une ville, le rayonnement d'un territoire ne résultent jamais de coups de force, d'habiletés tactiques voire d'intrigues mais découlent d'une vision hautement spirituelle de l'histoire des hommes et d'une capacité hors du commun à faire partager cette vision au plus grand nombre (en démocratie authentique). C'est ici réaffirmer combien chaque maire se doit de travailler avec ardeur à accorder ses paroles et ses actes afin qu'il soit toujours en mesure de dire ce qu'il va faire et de faire ce qu'il aura dit, sans recourir aux artifices d'une communication savante mais fondamentalement trompeuse.

Force est de constater qu'aujourd'hui le volet spirituel est en berne chez la plupart de nos édiles. Gavés d'un laïcisme étroit, imbécile et ignorant, beaucoup sont incapables de mettre en oeuvre une saine laïcité : celle qui, bien loin de vouloir effacer les manifestations du religieux dans l'espace public, les favorise et les régule. Le pouvoir séculier a pourtant tout à gagner à ouvrir le champ de l'expression religieuse et l'on sait maintenant, comme jamais dans l'histoire des hommes, combien toutes les tentatives d'éradication du religieux, aux quatre coins de la Terre, ont conduit et conduisent encore les pouvoirs politiques vers les pires dictatures, faute de contrepoids.

En effet, en démocratie authentique, l'équilibre des pouvoirs ne résulte pas d'abord de l'existence d'une opposition politique au pouvoir en place. Cette existence, si elle est bien évidemment nécessaire, est loin de suffire car nous savons tous combien les hommes sont habiles à mettre en scène des rivalités factices pour mieux s'entendre sur ce qui les réunit en secret. Dans toute saine démocratie, coexistent un pouvoir politique et un pouvoir religieux en bonne santé c'est-à-dire au moins autonomes et interdépendants comme les deux faces d'une monnaie car ce dont le citoyen a le plus besoin, ce n'est pas d'un théâtre de marionnettes où s'affrontent des protagonistes beaucoup plus complices qu'ils ne le disent mais chaque citoyen doit pouvoir respirer avec ses deux poumons : l'un qui le tourne vers les réalités terrestres, l'autre vers les réalités célestes. En d'autres termes, chaque citoyen doit pouvoir entendre, à toute heure du jour et de la nuit, à temps et à contre-temps, que tout changement extérieur s'enracine dans le sol fertile d'une conversion intérieure.

L'une des conversions les plus fécondes consiste à ne pas reléguer le religieux au rang des accessoires bons pour les esprits faibles, ceux dont le QI ne serait pas assez élevé pour être en mesure de raisonner de façon rationnelle car s'en tenir aux seules données vérifiables c'est immanquablement faire fausse route, même au XXIème siècle et, dussions-nous choquer, plus encore de nos jours puisque le champ des invérifiables ne cesse de s'étendre pour le commun des mortels ! En effet, s'il est bien clair que l'humanité, dans son ensemble, est capable de repousser les limites du savoir au point d'avoir balayé bon nombre de superstitions, il est non moins évident que chacun d'entre nous, rendu à ses seules forces, est tout à fait incapable d'appréhender la complexité d'innombrables savoirs pourtant disponibles : faute de temps, faute de compétences, chacun ne peut que s'en remettre qu'aux affirmations de plus compétent que lui dans tous les domaines où son bagage est insuffisant pour entrer avec profit dans les arcanes d'une science profane ou religieuse.

Il est plus qu'étonnant de voir combien d'esprits savants dans les sciences profanes se trouvent dans l'incapacité de reconnaître que leurs piètres connaissances catéchétiques les rendent inaptes à se prononcer au sujet des grands thèmes abordés par les sciences religieuses et stupéfiant de les voir conclure que ne subsiste qu'une seule alternative possible : l'athéisme ou l'agnosticisme ! Que dirait-on d'une personne qui, au seuil de tout édifice, prétexterait de son incapacité à vérifier la solidité d'icelui pour ne pas y pénétrer ? Que dirait-on de même de celui qui, ne sachant pas si le train le mènera à bon port, déciderait de ne jamais en user ? ... Tant il est vrai que refuser de se prononcer, refuser d'émettre un jugement quant aux questions qui se posent au cours de notre existence relève, non pas d'une sagesse bien construite mais d'un manque d'audace.

Concluant pour l'athéisme ou l'agnosticisme, ces esprits en viennent naturellement à ne rien comprendre de la vie religieuse. Elle leur semble une folie, un pari absurde. S'ils font preuve de quelque tolérance, ils lui accorderont le droit d'exister en marge de la cité, loin des regards comme une chose aberrante, comme un abcès qu'une médecine savante saura un jour éradiquer mais qu'il convient pour le moment de ne pas ôter. Parmi ces esprits ne manquent naturellement pas de prospérer quelques lumières prêtes à s'illustrer dans des marmites rituelles où mitonnent les idées dites "républicaines" les plus fumeuses ...

Le croisement entre politiques et religions est un thème passionnant sur lequel il ne convient pas ici de s'étendre dans cette tribune (nous y reviendrons plus loin) car l'échéance des municipales relance d'autres questions qu'il nous faut maintenant aborder. Qui s'y intéresse pourra se reporter à deux tribunes antérieures du projet France 2022 : Politiques et religions et Le moine et le politique.

Première question : combien de temps la France va-t-elle encore maintenir l'émiettement des pouvoirs et, plus directement, la dispersion des commune françaises au risque, de plus en plus patent, de rendre très difficile, voire impossible, la mission de nombreux maires de France ? 

Le projet France 2022 prévoit une réorganisation des pouvoirs locaux par un regroupement des communes différent de l'actuel système des communautés de communes et par une organisation en provinces largement autonomes.

Cet objectif d'autonomie est l'une des clefs d'un développement harmonieux : faire en sorte, à tous les échelons territoriaux, de mener et de favoriser des actions qui engendrent l'équilibre de la balance des paiements locale. Sur un territoire où dominent par exemple les activités touristiques, faire en sorte que les approvisionnements requis dépendent majoritairement d'une production locale et non plus voir ce suicide commercial, artisanal et industriel qui prévaut dans certains lieux de France où la plupart des souvenirs importés creusent chaque jour davantage le déficit commercial de notre pays.

Deuxième question : comment sortir de l'effondrement économique et démographique qui mine l'Europe et qui touche de nombreux territoires en France ?

Sûrement pas en proposant la voie cauchemardesque en route de l'autre côté de la Manche ! La France n'a pas besoin d'un Frexit dont les conséquences seraient encore plus nocives que le Brexit pour le Royaume Uni, sans même parler des risques accrus de divisions, d'affrontements et de conflits dangereux dont nos voisins nous offrent l'exemple depuis des mois. Non, il s'agit de trouver une issue qui rétablisse des parts de souveraineté lâchement abandonnées par certains politiques véreux, incompétents ou lâches, dans trois domaines principaux : la monnaie, l'industrie et l'agriculture.

Le domaine de la monnaie est sans doute l'un des plus cruciaux pour la France et pour tous les pays qui jouaient des instruments monétaires pour piloter une politique où le commerce des biens manufacturés occupe une place non prépondérante. Avec l'euro et la réduction des déficits publics pour seul points de mire, ces pays sont aujourd'hui complètement désemparés et désarmés. Autant le dire d'emblée : ce n'est pas sain et la gronde sociale qui ne cesse de s'amplifier aura un jour raison d'un système qui a ses vertus mais qui a aussi de grands inconvénients. 

Là encore, impossible de s'attarder ici sur ce thème passionnant d'autant que s'il concerne au premier chef les communes françaises par ses liens avec le secteur tertiaire, il est plutôt d'un niveau national. Qui voudra s'y intéresser pourra se reporter à la tribune du projet France 2022 qui s'y rapporte : création d'une monnaie de service et d'abondance.

Les deux autres domaines, agriculture et industrie, retrouveront vigueur et santé quand la monnaie de service et d'abondance sera mise en place mais aussi quand la réorganisation du territoire national aura été mise en oeuvre, notamment par la création de municipalités et de provinces d'envergure appelées à tout faire pour que la balance des paiements de chaque entité locale soit toujours équilibrée et même légèrement excédentaire.

Au final, deux grandes réformes essentielles sur la durée de deux quinquennats pour que la France retrouve des couleurs et pour que chaque maire, particulièrement exposé et aux avant-postes de la Nation, soit en mesure d'oeuvrer au bien commun dans un environnement assaini et porteur.

Troisième question : comment articuler le public et le privé sur chaque territoire ou comment équilibrer, renforcer, assainir, ... le jeu des actions étatiques, dirigistes ... et de la libre entreprise, de la concurrence ... ?

Sans doute l'une des questions les plus difficiles et les plus rugueuses en France tant les partisans de l'un ou de l'autre mode sont devenus incapables d'accorder leurs violons ; tant aussi, ces deux milieux s'imbriquent dans les faits.

Remarquons d'abord que l'un des pays les plus en pointe dans le libre échangisme mondial est aussi l'un des plus dirigistes : la Chine ne s'embarrasse guère des questions qui empoisonnent la scène politique française. Si cet empire n'a rien d'exemplaire, nous aurions tort de ne pas en prendre de la graine pour cesser de nous quereller, sans fin et en pure perte, sur les vertus de tel ou tel modèle : il devrait être clair pour tous qu'une saine concurrence ne s'établit pas seulement par mouvements browniens et darwiniens mais par la mise en place d'autorités de régulation qui n'ont pas pour seul point de mire un profit à court terme par prédation généralisée. Il devrait également être clair que de telles autorités ne peuvent être seulement étatiques. Il est nécessaire qu'elles dépassent le cadre national et qu'elles ne soient pas seulement séculières car, faute de dimension religieuse authentique (et non pas de simple imitation, apparat ou imposture), elles ne manquent jamais de verser dans la tyrannie. Si la Chine, pour tirer le fil d'un exemple parmi d'autres, ne réussissait pas à intégrer cette dimension religieuse, elle finirait inéluctablement par s'enliser et par connaître un destin tragique. L'affirmation d'un pouvoir séculier fort ne peut faire l'économie d'un pouvoir religieux prospère et qui se tient à sa juste place - celle du service désintéressé de tout homme - par une connaissance vive du champ des lois spirituelles.

En d'autres termes, aucune laïcité de bon aloi ne tient la route dès lors que les pouvoirs politiques font tout ce qu'ils peuvent pour réduire au silence les pouvoirs religieux, pour les marginaliser, les ridiculiser ou les persécuter. Un pouvoir politique sain est capable de rester en dialogue permanent avec les autorités religieuses sans pour autant abonder dans le sens de ses tentations hégémoniques. Par définition, en effet, le religieux aborde tous les aspects de l'être personnel et donc de sa relation aux autres et au monde. Il a son mot à dire sur tout. Encore faut-il qu'il intervienne avec droiture et nourri d'une vie de prière qui ne se contente pas de paraître. Encore faut-il que ce pouvoir religieux ne prétende pas régir la vie des hommes et des femmes dans ses moindres détails. C'est d'ailleurs l'une des forces essentielles du judaïsme qui s'accomplit dans l'avènement du Christ : libérer tout homme de prescriptions tatillonnes qui n'ont pas lieu d'être et ce d'autant plus qu'elles couvrent de graves injustices. En guérissant des malades le jour du Sabbat, Jésus ne vient pas abolir l'ancienne loi, il vient l'accomplir pour montrer que ce jour saint n'est pas d'abord un jour d'inaction et d'interdits mais l'anniversaire d'une libération. Plus profondément, Jésus manifeste la grandeur de chaque jour, de chaque heure, de chaque instant. Non pas un temps d'esclavage à la remorque d'intérêts mercantiles mais un sabbat perpétuel en faveur de ceux qui ploient encore sous le joug d'une machine infernale, celle qui précipite dans la déchéance, le mépris et la haine. Si le jour où il convient d'interrompre le flot de nos affaires, nous avons encore à nos préoccuper de ceux qui peinent et qui souffrent, combien plus, au fil de nos occupations "ordinaires", nous revient de rester attentifs à ceux qui, autour de nous, sont prisonniers d'attaches et de liens qui entravent leur marche, les éreintent et leur font perdre de vue l'éminente dignité de tout homme, y compris la leur.

Dès lors qu'un pouvoir politique entretient de saines relations avec les pouvoirs religieux, il devient capable de choisir, pour chaque branche d'activité économique le mode le plus adéquat pour son émergence, son développement, sa croissance et ... son extinction. Notons au passage qu'il est très difficile pour les tenants d'un dirigisme intransigeant ou pour les tenants d'un libéralisme prépondérant de comprendre que le mode le plus adéquat ne se décrète pas entre partisans de la même obédience mais qu'il résulte d'un discernement de haute voltige, discernement qui ne saurait se réduire à cette alternance politique binaire : un camp privatise tandis que l'autre nationalise. Dans certains secteurs de notre économie, voire dans la très grande majorité d'entre eux, en effet, les enjeux ont une durée de vie bien supérieure à une mandature. Quand les partis au pouvoir s'empressent de défaire ce que les précédents avaient fait la veille, nous sommes certains de courir à la catastrophe. Elle est sous nos yeux et nous ne la résoudrons qu'en mettant en commun ce que chaque parti de France a de meilleur tout en ayant l'humilité d'abandonner ce qui est caduque, dépassé ou même carrément erroné. Ce travail de tri, de mise à jour et de vérité ne peut s'accomplir qu'avec des personnes profondément enracinées dans une vie de prière qui les rend aptes à mettre en veilleuse la part d'ego en quête d'un prestige fondé sur l'emploi des pires stratagèmes pour imposer ses vues étroites, bornées et désastreuses.









Aucun commentaire: